Fermer

Cameroun: l’un des leaders du transport interurbain suspendu

Mise à jour le 02/08/2018 à 14h59 Publié le 02/08/2018 à 14h58 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Société
Cameroun: l’un des leaders du transport interurbain suspendu
© Copyright : DR

#Autres pays : La compagnie de transport Garanti Express, l’une des plus importantes du pays, a été suspendue pour un mois pour «non-respect manifeste de la réglementation en vigueur». Cette mesure intervient au lendemain d’un accident de la circulation mortel impliquant l'un de ses autocars.


Un mois de suspension. C’est la sentence infligée par le ministère camerounais des Transports à la compagnie de transport interurbain Garanti Express, l’un des leaders du secteur, pour «non-respect manifeste de la réglementation en vigueur». Cette mesure fait suite à une enquête technique et administrative ouverte suite à un accident de la circulation survenu le 18 juillet 2018 sur l’axe routier Yaoundé-Douala, et impliquant un bus de cette agence de voyages. Accident qui a fait un mort et plusieurs blessés, selon un communiqué du ministre des Transports rendu public ce mardi 31 juillet 2018 à Yaoundé, la capitale. Soit près de deux semaines (13 jours) après le drame.


>>>LIRE AUSSI: Cameroun. Accidents de circulation: Paul Biya prône des «sanctions appropriées»

Au «regard de la gravité des faits», le ministre de tutelle a donc décidé de la suspension de la licence ordinaire de transport public de deuxième catégorie accordée à la compagnie Garanti Express. Dans la même veine, le conducteur du véhicule à l’origine du drame a vu son permis de conduire suspendu pour une durée d’un an. Ces mesures disciplinaires s’inscrivent en droite ligne «des très hautes directives du chef de l’Etat à lutter sans relâche contre l’insécurité routière et à appliquer sans état d’âme les sanctions prévues par la réglementation en vigueur à l’encontre de tous ceux qui mettent en danger la vie des usagers sur les routes par des comportements accidentogènes et le non-respect de la réglementation», indique le ministre en charge des transports.

Le mois dernier, le président de la République, Paul Biya, a demandé des sanctions contre toute personne impliquée dans l’accident de la circulation survenu le 6 juillet 2018 sur l’axe routier Yaoundé-Bafoussam, et ayant fait 31 morts et quatre blessés graves. Pour l’opinion publique, on s’achemine ainsi vers des sanctions en cascade, suivies de la fermeture de plusieurs compagnies de transport interurbain -beaucoup sinon la plupart exercent dans l’illégalité -, au regard de la fréquence des accidents sur les routes camerounaises. D’après les chiffres officiels toutefois, le nombre de décès liés aux accidents de la route était estimé à 937 morts en 2017, contre 1.588 morts en 2011.
Le 02/08/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

à lire aussi