Fermer

Cameroun. Crise anglophone: les leaders religieux demandent «un plan national de résolution» du conflit

Mise à jour le 21/09/2018 à 11h51 Publié le 21/09/2018 à 11h49 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Société
Violences anglophones

Depuis un an, les violences secouent le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du pays.

© Copyright : DR

#Autres pays : Cet appel a été lancé dans une déclaration conjointe hier, le 19 septembre 2018, à Yaoundé, la capitale. Les leaders religieux invitent également le gouvernement à contrôler les missions de l’armée sur le terrain et appellent les sécessionnistes à déposer les armes.

Les leaders religieux (catholiques, musulmans et protestants) appellent dans un même ensemble les autorités publiques à prendre rapidement les mesures nécessaires pour mettre un terme à la crise anglophone qui sévit depuis octobre 2016 dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun. 

«Nous appelons le gouvernement à initier et à annoncer urgemment un plan national de résolution de cette crise en tenant en compte ses causes profondes et réelles, en vue d’une paix véritable», écrivent-ils dans une déclaration conjointe publiée hier, le 19 septembre 2018, à Yaoundé, la capitale. Dénonçant les atrocités commises au cours de cette crise, qui s’est  entre-temps muée en guérilla depuis fin octobre 2017, ils invitent également le gouvernement «à redéfinir et à contrôler les missions des forces armées» dans cette partie du pays.


LIRE AUSSI: Cameroun. Crise anglophone: plus de 269 milliards de francs CFA de manque à gagner économique


Les leaders religieux réclament également des sanctions contre les militaires ou les civils «qui commettent des attaques, des violences, des incendies, des destructions de biens et des exécutions extrajudiciaires». Aux «Amba Boys» -nom que se donnent les sécessionnistes qui se réclament de la République fantôme d’Ambazonie-, les leaders religieux demandent de déposer les armes et de laisser les élèves et les étudiants reprendre l’école.

Les partis politiques, quant à eux, doivent avoir pour «priorité» dans leurs programmes, la résolution de cette crise et le retour à la normale dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Cet appel a été lancé par les présidents de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun, Mgr Samuel Kleda, du Conseil supérieur islamique du Cameroun, Cheikh Oumarou Malam et du Conseil des églises protestantes du Cameroun, Rev. Fonki Samuel Forba, qui s’adressent également aux Camerounais de la diaspora.


LIRE AUSSI: Cameroun: l’Eglise appelle à voter pour le candidat pouvant mettre fin à la crise anglophone


A ceux-ci, il est notamment demandé de cesser «les discours de haine» et d’arrêter de financer les activités des groupes armés. Les fidèles catholiques, musulmans et protestants et tous les autres croyants doivent aussi «s’abstenir de toute communication et de tout acte qui favorisent la division, la discrimination, la violence et la destruction de la vie humaine et des biens».

De leur côté, les leaders religieux se sont engagés «à dénoncer et à lutter ensemble contre toutes les formes de violences, d’injustices et de désacralisation de la vie humaine et des droits de l’Homme jusqu’à ce que la paix et la justice reviennent dans toute l’étendue du territoire camerounais».
Le 21/09/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell