Fermer

Cameroun: quand les transes collectives font leur nid à l'école

Mise à jour le 16/12/2018 à 12h34 Publié le 16/12/2018 à 11h43 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Société
Hysterie collective
© Copyright : DR

#Autres pays : Le phénomène d'hystéries chez les élèves est de plus en plus fréquent dans les établissements scolaires. Les autorités tentent d'y apporter des explications rationnelles, malgré les croyances socioculturelles.

Au Cameroun, le phénomène des transes et hystéries collectives, notamment dans les établissements scolaires est de plus en plus fréquents. Difficile qu'une année académique ne s'écoule sans qu'on en recense. Dernière illustration en date, l'hystérie collective survenue au lycée de Minkan.

Une affection recensée chez une vingtaine d'élèves, à la fin du mois de novembre dernier. Selon un communiqué du ministre des Enseignements secondaires, les élèves (22 au total) ont été «victimes d'une crise d'hystérie collective, à la suite d'une paniqué générale créée par la crise d'asthme de quatre de leurs camarades».

Pour leur prise en charge, les apprenants ont été évacués vers des hôpitaux de Yaoundé, la capitale. La ministre Nalova Lyonga s'étant même rendu à leur chevet pour les réconforter.


LIRE AUSSI: Cameroun. Crises d'hystérie dans les écoles: quatre élèves tués dans une bousculade à Yaoundé


Difficile d'expliquer ce phénomène qui semble davantage toucher les filles. Si d'aucuns y voient une main mystique compte tenu des traditions africaines, les autorités essayent généralement d'apporter des explications rationnelles.

Pour les médecins, ces tremblements convulsifs peuvent parfois être, dans des cas isolés, des crises épilepsie. Généralement, c'est la cause émotionnelle qui est avancée, comme l'annonce d'une mauvaise nouvelle, ainsi que c'était le cas au lycée technique de Djamboutou en 2016, dans la partie septentrionale du pays. Ici, selon les informations rapportées par des médias locaux, une trentaine d'élèves étaient entrés en transe, après l'annonce du décès subit de l'une de leur camarade.

Des médecins avancent une autre tentative d'explication, en fonction du cadre et des circonstances de l’événement: chaleur, personnes déshydratées ou en état d'hypoglycémie, pièce mal aérée... Des situations qui pourraient entraîner des transes sur des sujets dont les organismes sont déjà fragilisés par des affections comme l'asthme ou la grippe.


LIRE AUSSI: Guinée-Equatoriale: pas de lycée pour les filles «non vierges»


Certes, ces explications rationnelles peinent à convaincre la majorité des populations. Comment expliquer par exemple l'effet d'entraînement sur plusieurs sujets au même moment?

L'inquiétude, voire la panique gagnent généralement les rangs des géniteurs en apprenant la survenance du phénomène. D'où, leur précipitation dans les formations hospitalières pour s'enquérir de l'état de santé des enfants.

Du reste, des parents ont souvent tendance à retirer spontanément leur progéniture des établissements scolaires concernés, penchant notamment pour des actes de sorcellerie ou sectaire qui viseraient les jeunes.
Le 16/12/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell