Fermer

Cameroun: un mort dans le crash d’un hélicoptère en zone anglophone

Mise à jour le 13/05/2019 à 22h42 Publié le 13/05/2019 à 22h34 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Société
crash d'un hélicoptère allemand
© Copyright : DR

#Autres pays : Le crash d’un hélicoptère de l'armée de l'air camerounaise a fait un mort. Six autres personnes ont également été blessées dans l’accident survenu ce lundi 13 mai 2019 à Oku, une localité de la région du Nord-Ouest

Au moins une personne a été tuée et six autres blessées dans le crash d’un hélicoptère de l’armée de l’air survenu dans la mi-journée de ce lundi 13 mai 2019 à Oku, une localité de la région anglophone du Nord-Ouest, selon des sources officielles.

L’aéronef avait à son bord 7 personnes: le pilote, le copilote, le mécanicien navigant, trois sous-préfets et un fonctionnaire de police, indique un communiqué du ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo, publié ce jour. L’officier de police Ngwe Wiyou Victor, commissaire de la sécurité publique par intérim de l’arrondissement de Noni, est mort sur le coup.


LIRE AUSSI: Vidéo. Algérie: nouveau crash d'un hélicoptère de l'armée


Les blessés ont été évacués immédiatement par voir aérienne vers une «formation hospitalière indiquée» pour des soins médicaux, poursuit le communiqué, qui ne donne toutefois pas de précision sur le lieu de leur prise en charge. L’aéronef accidenté était en «mission commandée» dans la zone, précise le ministre.

Selon nos informations, l’appareil avait été affrété expressément pour ramener les sous-préfets de Noni, Bum et Oku dans leurs circonscriptions administratives respectives. Ceux-ci sortaient de Bamenda, la capitale régionale du Nord-Ouest et bastion de la contestation anglophone, où ils avaient été mobilisés pour accueillir le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, en mission officielle dans la région.


LIRE AUSSI: Sénégal: le crash d’un hélicoptère de l’armée fait 6 morts


Une région où les autorités administratives sont notamment prises pour cibles par les combattants sécessionnistes qui n’hésitent pas à attaquer leurs véhicules lors de certains déplacements de ces représentants de l’Etat. Pour le moment, l’on ignore les causes à l’origine de cet accident.

«Les enquêtes réglementaires prévues en pareille circonstance ont été immédiatement ouvertes pour déterminer les causes de ce regrettable accident», assure le ministre de la Défense, qui présente par ailleurs les condoléances du chef de l’Etat à la famille du défunt.

Le 13/05/2019 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

à lire aussi