Fermer

Cameroun: un haut gradé de l’armée persona non grata aux Etats-Unis pour corruption

Publié le 13/07/2019 à 15h35 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem

#Société
armée camérounaise
© Copyright : dR

#Autres pays : Le colonel Jean Claude Ango Ango, inspecteur général au ministère de la Défense, est interdit d’entrée sur le territoire américain en raison de son implication dans une affaire de corruption liée au trafic d'espèces sauvages protégées.

Le colonel Jean Claude Ango Ango, inspecteur général au ministère camerounais de la Défense, est interdit d’entrée aux Etats-Unis «en raison de son implication dans une affaire de corruption importante liée au trafic d'espèces sauvages», indique le Département d’Etat américain, dans une note publiée en début de semaine.

Il s’agit d’espèces fauniques protégées par les conventions internationales. Selon le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, cette décision s’appuie notamment sur «l’instruction 7031 (c) de la loi de 2019 portant affectation de crédits du Département d’Etat, Opérations étrangères et programmes connexes».


LIRE AUSSI: Corruption: quels sont les 5 pays les moins corrompus d’Afrique?


Celle-ci prévoit que, dans les cas où le secrétaire d'Etat dispose d'informations crédibles selon lesquelles des fonctionnaires de gouvernements étrangers ont été impliqués dans une corruption grave ou une violation flagrante des droits de l'Homme, «ces personnes et les membres de leur famille immédiate ne peuvent entrer aux Etats-Unis».

La loi américaine oblige également le secrétaire d'Etat à «désigner publiquement ou à titre privé» ces fonctionnaires et les membres de leur famille proche.


LIRE AUSSI: Corruption au Sénégal: Transparency épingle le Gouvernement, la police, les religieux...


Aussi, l’épouse du colonel Jean Claude Ango Ango est, elle aussi, interdite d’entrée sur le territoire américain. Pour le département d’Etat, cette décision est «un signe fort que les Etats-Unis sont déterminés à lutter contre la corruption et à lutter contre le crime transnational de trafic d’espèces sauvages, afin de préserver les espèces emblématiques de notre monde». Aucune réaction officielle côté camerounais sur ce sujet.





Le 13/07/2019 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem

à lire aussi