Fermer
#Société

Diapo. Cameroun: au moins 4 morts et 40 disparus dans un naufrage

Mise à jour le 27/08/2019 à 16h13 Publié le 27/08/2019 à 16h12 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem

#Autres pays : Un navire parti du Nigeria pour la ville camerounaise de Tiko, dans le sud-ouest du pays, a chaviré dans la nuit de dimanche à lundi dernier, au large de la péninsule de Bakassi.

De sources officielles, au moins 4 personnes sont mortes et 40 autres sont portées disparues dans le naufrage d’un navire dans la nuit du dimanche 25 au lundi 26 août 2019 au large des côtes camerounaises.

Quelque 107 personnes, qui se trouvaient à bord, ont pu être secourues par l’armée camerounaise.

Les survivants sont des ressortissants camerounais, nigérians et français, apprend-on.

Selon les autorités sécuritaires, certains blessés ont été transférés à l’hôpital régional de Limbe, à environ 80 kilomètres de Douala, la métropole économique, où ils ont reçu des soins immédiats. D’autres ont été pris en charge dans un centre provisoire.


LIRE AUSSI: RDC: 32 disparus dans un naufrage sur le lac Kivu


Les recherches se poursuivent pour retrouver d’autres corps. Une équipe de plongeurs a été mobilisée en vue notamment de chercher des signes de vie dans l’épave, qui flotte encore au large de la péninsule de Bakassi, a déclaré un responsable de l’armée, dans des propos rapportés par la radio nationale.

Le navire, baptisé Austrheim, a chaviré le week-end dernier à Kita, au large d’Idabato, île de la péninsule de Bakassi.


LIRE AUSSI: Naufrage en Tanzanie: 151 morts, selon un dernier bilan


Il était parti de Calabar au Nigeria et devait accoster à Tiko, ville de la région du Sud-Ouest. Près de 200 personnes se trouvaient à bord, indique l’armée camerounaise.

La surcharge serait à l’origine de cet accident, selon un rescapé.

«Le bateau était trop chargé, et le chargement n’était pas bien réparti. Il y a eu une petite vague et c’est à ce moment là que le bateau s’est renversé», a déclaré ce dernier, de nationalité française.
Le 27/08/2019 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem

à lire aussi