Fermer

Cameroun: les cliniques privées sommées de libérer les malades de coronavirus

Mise à jour le 24/05/2020 à 16h29 Publié le 24/05/2020 à 16h28 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem

#Société
 Cameroun: les cliniques privées sommées de libérer les malades de coronavirus

Le gouvernement camerounais estime que les cas d'abus des cliniques privées se sont multipliés.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le gouvernement reproche aux cliniques privées d'accueillir des patients atteints de Covid-19 sans agrément et de facturer ces services, alors que la prise en charge est gratuite.


Les formations sanitaires privées prenant en charge des cas de Covid-19 dans la région du Littoral ont été sommées le 18 mai dernier de libérer, dans un délai de 72 heures, tous les patients atteints de cette maladie internés dans leurs structures. Ils devraient être transférés dans les centres spéciaux de prise en charge des patients atteints de la Covid-19 créés le 20 avril dernier sur arrêté du Premier ministre.

Il est notamment reproché à ces formations sanitaires d'accueillir les patients de Covid-19 sans agrément et de facturer les services liés à cette prise en charge, alors que la prise en charge des patients de coronavirus est gratuite, selon les autorités camerounaises.

«La prise en charge du Covid-19 dans le contexte épidémique actuel doit s’effectuer exclusivement dans les formations sanitaires agréées et leurs centres spéciaux de prise en charge des patients du Covid-19 (…) Toute formation sanitaire non agréée Covid-19 dans laquelle les faits de prise en charge à but lucratif seront avérés s’exposera aux sanctions administratives prévues par la réglementation en vigueur», affirme le ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie.


>>>LIRE AUSSI: Cameroun. Coronavirus: le nombre de contaminations en forte augmentation

Le 14 mai dernier, les autorités administratives de Douala, la métropole économique et deuxième plus gros foyer de l’épidémie, ont procédé sur instructions du ministre de la Santé publique, à la fermeture d’une clinique privée qui avait présenté deux factures de plus de 20 millions à un patient atteint de Covid-19 qui y avait été hospitalisé en réanimation.

L’Ordre national des médecins du Cameroun (ONMC) s’était notamment inquiété du coût de ces prestations, et avait adressé une demande d’explications au propriétaire de cette clinique. «La gestion particulière de ce cas est de nature à ternir l’image de la médecine au Cameroun», écrivait le président de l’Ordre, Dr Guy Sandjon.

Le 29 avril dernier, le ministre avait dû recadrer les professionnels de la santé qui s’amusaient à prescrire des scanners thoraciques pour diagnostiquer le nouveau coronavirus. Ce qui obligeait ainsi les patients à débourser d’importantes sommes d’argent.

Manaouda Malachie avait rappelé que seul le diagnostic de laboratoire RT-PCR (Real Time Reverse Transcriptase Polymerase Chain Reaction) peut confirmer une contamination au SARS-CoV- 2, le virus responsable de la Covid-19.  Le membre du gouvernement avait appelé les professionnels de la santé à mettre un terme à ces pratiques, menaçant les contrevenants de sanctions.

Mais des voix s’élevaient aussi pour remettre en cause la «gratuité» prônée par les autorités. Le 26 avril dernier, le gouvernement annonçait avoir déjà dépensé 9 milliards de francs CFA dans le cadre de la riposte à la pandémie de coronavirus. A la date du 22 mai 2020, le Cameroun comptait officiellement 4400 cas positifs confirmés, dont 1822 guérisons et 159 décès.

Le 24/05/2020 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem

à lire aussi