Fermer

Cameroun: Bank Of Africa finance la rénovation du Centre national de réhabilitation des handicapés

Mise à jour le 02/07/2020 à 18h35 Publié le 02/07/2020 à 18h31 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem

#Société
Centre national de réhabilitation des handicapés Cardinal Paul Emile Léger

Centre national de réhabilitation des handicapés Cardinal Paul Emile Léger.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le gouvernement et le groupe marocain Bank Of Africa vont signer un accord de prêt d’un montant de plus de 38 millions d'euros pour le financement de la première phase du projet.

Une nouvelle ère va bientôt s’ouvrir pour le Centre national de réhabilitation des personnes handicapées Cardinal Emile Léger (CNRPH) à Yaoundé, avec la rénovation annoncée de ses installations.

Des travaux qui seront financés par le groupe bancaire marocain, ou plutôt panafricain, Bank Of Africa. En effet, le président de la République, Paul Biya, a signé le 24 juin dernier, un décret habilitant le ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, Alamine Ousmane Mey, à signer avec Bank Of Africa un accord de prêt d’un montant de 38.112.254 euros (soit environ 25 milliards de francs CFA) pour le financement de la première phase du projet de rénovation dudit centre.


>>>LIRE AUSSI: Mauritanie: bientôt une assurance-maladie pour les personnes handicapées

Ce chantier devrait notamment consister en la construction de locaux adaptés aux handicaps, avec une amélioration de la capacité d’accueil du centre et un renforcement de son plateau technique. Cet accord vient ainsi consolider les relations entre le Cameroun et le Royaume du Maroc. Notamment en termes de matière d’inclusion sociale des personnes vulnérables. Créé en 1971 par un prélat de nationalité canadienne, le Cardinal Paul Émile Léger, le centre avait été inauguré l’année suivante et rétrocédé à l’État camerounais en 1978.

Ses activités concourent grosso modo à la réhabilitation et à la reconversion des personnes handicapées. Ce, à travers la prise en charge psychosociale, une offre médico-technique (confection des prothèses, rééducation, traumatologie, etc.), l’éducation spécialisée et inclusive, la recherche sur le handicap sensoriel, moteur, mental… Au Cameroun, environ 10% de la population vit avec un handicap, selon les données du Bureau central des recensements et des études de la population (Bucrep).

Le 02/07/2020 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem