Fermer

Cameroun: arrestation de neuf personnes soupçonnées d'homosexualité

Mise à jour le 25/02/2021 à 14h50 Publié le 25/02/2021 à 14h50 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
homosexuels
© Copyright : DR

#Autres pays : Neuf Camerounais soupçonnés d'homosexualité ont été arrêtés dans l'Ouest du Cameroun, parmi lesquels deux sont toujours en garde à vue, ont indiqué jeudi à l'AFP un officier de gendarmerie et une avocate.

"Nous avons procédé à leur interpellation pour vérifier s'ils sont homosexuels", a expliqué, sous couvert d'anonymat, un officier de gendarmerie de Bafoussam, ville où ces neuf hommes ont été arrêtés.

"Nous avons libéré sept personnes. Nous en gardons encore deux. Ils iront chez le procureur probablement demain (vendredi) pour des faits d'homosexualité. Le premier a admis qu'il entretenait des rapports avec le deuxième", a-t-il ajouté.

Me Alice Nkom, qui défend les droits des LGBT au sein de l'association ADEFHO, avait auparavant indiqué que sept des neufs personnes arrêtées l'avaient été mardi au siège de l'association Colibri, dont la principale mission est la prise en charge des personnes infectées par le VIH.

>>> LIRE AUSSI: Mauritanie: République islamique et havre de paix pour homosexuels

Les gendarmes "ont décidé d'aller perquisitionner le siège de Colibri au motif que c'est une association homosexuelle, ce qui n'est pas vrai", a expliqué Me Nkom.

Ce sont ces sept personnes qui ont été libérées jeudi, a indiqué à l'AFP Jean Jules Kamgue, un responsable de l'association Colibri.

Au Cameroun, les pratiques homosexuelles sont interdites, la loi prévoyant des peines allant de 6 mois à 5 ans de prison et une amende pouvant aller jusqu'à 200.000 FCFA (300 euros) à l'encontre de toute personne qui entretient des rapports sexuels avec quelqu'un du même sexe.

>>> LIRE AUSSI: Vidéo. Mali. Lynchage d’un homosexuel: la réaction de la présidente de Wildaf

Autrefois fréquentes, les arrestations pour des faits allégués d'homosexualité ont sensiblement baissé ces dernières années au Cameroun, mais elles semblent repartir à la hausse depuis peu, a expliqué à l'AFP Me Nkom.

Le 8 février, deux personnes transgenres ont notamment été arrêtées à Douala, la capitale économique, et sont toujours écrouées. Leur procès, ouvert le 10 février, doit reprendre le 10 mars.
Le 25/02/2021 Par Le360 Afrique - Afp