Fermer

CAN 2019: nouvelle charge de la CAF contre le Cameroun

Mise à jour le 05/02/2018 à 17h12 Publié le 05/02/2018 à 17h10 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Sports
Ahmad Ahmad

Ahmad Ahmad, président de la Confédération africaine de football (CAF).

© Copyright : DR

#Autres pays : En marge de l’assemblée générale de la Confédération africaine de football (CAF), le président Ahmad Ahmad a pointé du doigt des retards dans l’exécution des travaux des infrastructures de la CAN 2019.

«Péril sur la CAN 2019». «La menace de la CAF plane toujours». Ce lundi 5 février, la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019 a éclipsé la crise anglophone dans les médias camerounais. Le détonateur: les propos du président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad, le week-end dernier, en marge de l’assemblée générale de l’instance au Maroc. En janvier dernier, la première mission d'inspection de la confédération s'était rendue sur le terrain pour évaluer l’état d’avancement des préparatifs de la compétition.

«Il n’y a pas du tout de polémique sur la CAN 2019. Une mission d’inspection et le cabinet Roland Berger qui est en charge de l’audit infrastructurel et organisationnel de la CAN ont fait des inspections sur le terrain. Il y a une différence énorme entre les rapports d’inspection et les cahiers de charge», a déclaré Ahmad Ahmad, dont les propos figurent sur le site officiel de la CAF. Et le Malgache d’ajouter : «De ce fait, il a été demandé au Cameroun de rattraper ce retard. Il y a des gens qui sont en train de mentir. Je suis un homme de parole, mon Comité exécutif ne change pas d’un iota. Nous appliquons la réglementation avec toute sa vigueur. Le cahier des charges exige des infrastructures, des hôtels, des stades, des hôpitaux et beaucoup de choses». 


LIRE AUSSI: CAN 2019. Cameroun: le comité d'organisation aux petits soins pour les inspecteurs de la CAF


Les autorités camerounaises n’ont pas encore réagi à ces déclarations. Le comité local d’organisation devrait s'exprimer d’ici peu. En dépit des propos rassurants des ingénieurs sur les délais de livraison des ouvrages, l’opinion publique pointe aussi du doigt des retards. Il a ainsi fallu attendre décembre 2017 pour que les premiers éléments préfabriqués du stade d’Olembé, à Yaoundé, arrivent au Cameroun, au lieu de septembre 2017 comme initialement prévu.

A Garoua, la rénovation du stade Roumdé Adja vient à peine d’être entamée, alors que celle du stade de la Réunification de Douala n’a pas encore débuté. Du reste, lors du conseil ministériel le 25 janvier dernier, le Premier ministre, chef du gouvernement, a instruit le ministre en charge des sports de veiller au strict respect du chronogramme d’exécution des chantiers liés à la CAN 2019.

Le 05/02/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell