Fermer

Cameroun. Football: la crise perdure à la FECAFOOT

Mise à jour le 28/02/2018 à 11h38 Publié le 28/02/2018 à 11h32 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Sports
Fecafoot
© Copyright : DR

#Autres pays : La FIFA vient de prolonger le mandat du Comité de normalisation à la Fédération camerounaise de football. Celui-ci a désormais six mois supplémentaires pour organiser l’élection d’un nouvel exécutif et réécrire les textes de l’instance.

Un an et demi avant le début de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019 que le pays doit organiser, la crise n’est pas finie au sein de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT). En effet, la FIFA a prolongé, le 27 février, le mandat du Comité de normalisation installé en 2017 à la tête de la FECAFOOT. Initialement prévu pour se terminer le 28 février 2018, le bail de l’instance présidée par Me Dieudonné Happi a été étendu jusqu’au 31 août 2018 ; soit six mois supplémentaires.

L’annonce a été faite au cours d’une conférence de presse à Yaoundé par Veron Mosengo Omba, directeur du développement des régions Afrique et Caraïbes à la FIFA et Luc Nicola, manager FIFA des associations membres. 

Le nouveau mandat sera mis à profit par l’instance pour terminer ses missions. Entre autres, organiser l’élection d’un nouvel exécutif et procéder à la réécriture des textes de la Fédération.


LIRE AUSSI: Cameroun: la FIFA suspend la Fecafoot et la remplace par un un Comité de normalisation


«Pour qu’un nouvel exécutif de la FECAFOOT soit élu, certains préalables doivent être respectés. Il y a d’abord l’audit fiduciaire qui doit être fait. Ensuite, il y a la modification de la loi des sports et de l’éducation physique de 2011. On espère que celle-ci sera adoptée à la session (parlementaire) de mars  prochain», a déclaré Veron  Mosengo Omba.

Celui-ci a par ailleurs indiqué que le projet de statuts a été relu et retouché à la FIFA et est prêt depuis un mois. «Ces statuts doivent  être  validés  en  assemblée  générale  au  Cameroun, dès que ces préalables sont  remplis», précise-t-il. 

La crise institutionnelle dure au sein de la Fédération depuis quatre ans. Elle a abouti en 2015 à l’annulation du processus électoral ayant conduit à l’élection de Tombi A Roko Sidiki à la tête de la FECAFOOT par la Chambre de conciliation et d’arbitrage du Comité national olympique et sportif du Cameroun.


LIRE AUSSI: CAN 2019: «le Cameroun sera prêt», promet le comité d’organisation


Une décision finalement appliquée en 2017 par la FIFA, après moult péripéties et l’échec des tentatives visant à rapprocher les différentes parties prenantes du football camerounais et ainsi sortir de l’impasse. D’où la mise en place d’un Comité de normalisation en août 2017.

Aucun candidat ne s’est encore officiellement déclaré pour l’élection. Cependant, celle de Joseph-Antoine Bell, ancien international camerounais, ne fait pas de doute. «Si j’ai la volonté d’être candidat? Oui. C’est logique, dans la mesure où j’avais des idées il y a trois ans. Et j’ai toujours des idées», a-t-il déclaré récemment au magazine Jeune Afrique.

Le 28/02/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell