Fermer

Cameroun. Cyclisme: c'est parti pour la deuxième édition du Tour de l'espoir

Mise à jour le 04/02/2019 à 10h45 Publié le 04/02/2019 à 10h22 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Sports
Cyclisme
© Copyright : DR

#Autres pays : 102 coureurs issus de 19 équipes sont au départ de la compétition prévue du 4 au 9 février 2019. Au total, cinq étapes au programme sur un linéaire global de 403 km.

Lancée pour la première fois en 2018 sous l'égide de Vivendi Sports et de la Fédération camerounaise de cyclisme, la deuxième édition du Tour de l'espoir se déroule une fois de plus au Cameroun, du 4 au 9 février 2019. Une centaine de coureurs vont participer aux cinq étapes prévues, soit au total un linéaire de 403,7 km.

Le plateau cette année est composé de 19 délégations issues de quatre continents: Algérie, Argentine, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Équateur, Érythrée, Éthiopie, Japon, Kenya, Île Maurice, Europe-Monaco, Maroc, Nigeria, Portugal, Rwanda, Tunisie et l'Égypte.

La première édition, en 2018, a été remportée par le Rwandais Joseph Areruya qui a couru les 403,9 km du parcours en 10 h 27’ 34’’, suivi de deux coureurs marocains, El Mehdi Chokri et Mohcine El Kouraji.


LIRE AUSSI: Cyclisme: le Cameroun abrite la première Coupe d’Afrique des nations Espoirs


Si la compétition, qui fait partie du calendrier de l'Union cycliste internationale (UCI) a contribué à renforcer la position du Cameroun sur l'échiquier du cyclisme continental, il s'agira pour les coureurs locaux de faire meilleure figure et tirer profit de cette exposition médiatique.

Selon les organisateurs, le Tour de l'espoir, réservé aux coureurs de moins de 23 ans, est destiné à faire progresser les cyclistes africains. Il voit notamment le jour sur l'engagement du nouveau président de l'UCI de développer le cyclisme dans le continent.

L'organisation est assurée par Vivendi Sports, qui s'est engagé dans ce projet pour une durée de dix ans, sous la tutelle de la Fédération camerounaise de cyclisme.

Le 04/02/2019 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

à lire aussi