Fermer

Cameroun: bras de fer entre la FECAFOOT et la Ligue de football professionnel

Mise à jour le 26/08/2019 à 17h39 Publié le 26/08/2019 à 15h00 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem

#Sports
Football camerounais
© Copyright : DR

#Autres pays : A l'issue de la dernière réunion de son Comité exécutif, la Fédération camerounaise de football a décidé de la suspension avec effet immédiat de la LFPC. Une décision à laquelle celle-ci n'entend pas se plier.

Le torchon brûle entre la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) et la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC), et c'est tout le football camerounais qui s'offre une nouvelle crise. A l'issue de la dernière réunion du Comité exécutif de la FECAFOOT le 22 août 2019, la fédération a décidé de la «suspension avec effet immédiat de la LFPC pour violation grave et réitérée de ses obligations».

Par ailleurs, le bureau exécutif a fixé à la deuxième quinzaine du mois d'octobre 2019, la date de démarrage des compétitions de la saison sportive 2019-2020. Précédemment, le Comité exécutif statuera sur le cas de la LFPC le 3 septembre 2019.

Cependant, la LFPC n'entend pas se conformer à ces décisions. Dans un communiqué publié dès le lendemain, son président, Pierre Semengue, invite les membres à «poursuivre sereinement les opérations d'engagement aux compétitions de la saison 2019-2020 pour lesquels les organes de la ligue travaillent actuellement en vue d'un démarrage imminent».


LIRE AUSSI: Cameroun. Football: la FECAFOOT veut en finir avec les problèmes de discipline


La suspension de la LFPC, démembrement de la FECAFOOT, est une nouvelle phase du conflit, ouvert depuis la décision de la fédération de modifier les statuts de la LFPC lors de l’assemblée générale du 26 juillet dernier. Objectif: limiter l'âge du président à 75 ans.

«Toute chose qui viole les dispositions de l'article 4.1 des statuts de la FIFA qui disposent que "toute discrimination d'un pays, d'un individu pour des raisons de sexe, de handicap, de religion, de naissance ou autre statut, pour toute autre raison est expressément interdite, sous peine de suspension ou d'exclusion"», indique le président Semengue.

Un nouveau conflit qui jette un voile sur les championnats camerounais de première et deuxième division, voire sur la participation du pays au Championnat d'Afrique des nations (CHAN), compétition réservée aux joueurs locaux.

Le Cameroun doit en effet organisr ce tournoi en 2020, et des questions se poseraient sur la préparation des joueurs locaux si la situation venait à perdurer.

Le 26/08/2019 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem