Fermer

Burkina Faso-Côte d’Ivoire: construction d'une autoroute et réhabilitation du chemin de fer

Mise à jour le 15/03/2017 à 19h29 Publié le 15/03/2017 à 18h46 Par notre correspondant à Ouagadougou Ibrahima Zallé

#Economie
Coopération Burkina-Côte d’Ivoire Le chemin de fer et la construction de l’autoroute au menu

Coopération Burkina-Côte d’Ivoire Le chemin de fer et la construction de l’autoroute au menu

© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Le ministre ivoirien des Transports, Amadou Koné était en visite de travail à Ouagadougou. Il a rencontré le Premier ministre burkinabè le 13 mars dernier afin de discuter du renforcement de la coopération dans le secteur des transports entre les deux pays.

Nommé au poste de ministre des Transports de la Côte d’Ivoire au cours du mois de janvier 2017, Amadou Koné vient de faire sa première visite officielle. C’est au Burkina Faso qu’il a choisi de se rendre pour son premier voyage à l'étranger. Dans la soirée du 13 mars dernier, Amadou Koné a été reçu par le Premier ministre burkinabè, Paul Kaba Thiéba.

Cette rencontre a été l'occasion d'aborder des sujets aussi importants que la fluidité des échanges et les moyens à mettre en oeuvre pour y arriver. Ainsi, les échanges entre les deux hommes ont porté sur la réhabilitation du chemin de fer Ouagadougou-Abidjan et de son prolongement, sur le transport aérien et maritime, et enfin la fluidité routière sur le corridor Abidjan-Ouagadougou à travers le projet de construction de l’autoroute Ouagadougou-Yamoussoukro.


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire-Burkina Faso: une histoire faite d’amour et de désamour

Amadou Koné  a indiqué qu’il était venu assurer les autorités burkinabè que des dispositions sont prises par son pays afin de sécuriser le port d’Abidjan. Quant à la fluidité du transport de façon générale, la coopération devrait permettre de renforcer la sécurité des personnes et des biens.

Le chemin de fer reliant les deux pays est une voie longue de 1.260 km qui joue un rôle capital dans les relations économiques et commerciales entre la Côte d’Ivoire et le Burkina. Plus encore, c’est l’une des principales voies de transport de biens utilisées par les industriels ivoiriens et les pays de l’hinterland dont le Burkina, le Mali et le Niger.

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré de retour de la 5e conférence du Traité d’amitié et de coopération avait indiqué que la construction de l’autoroute coûtera environ 1.200 milliard aux 2 pays. Longue d’environ 1.200 km, une fois terminée, elle va permettre d’accroître et de faciliter le transport en matière de transit routier entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.
 
 
Le 15/03/2017 Par notre correspondant à Ouagadougou Ibrahima Zallé