Fermer

CEDEAO: vers l'harmonisation des législations du travail

Mise à jour le 29/10/2017 à 14h12 Publié le 29/10/2017 à 14h00 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Economie
CEDEAO

Communauté économiques des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEEAO).

© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Lors de la cinquième Assemblée générale du Forum du dialogue social tripartite de la CEDEAO, tenue du 25 au 27 octobre à Conakry, représentants gouvernementaux et partenaires sociaux ont approuvé l’harmonisation des législations du travail dans la sous-région.

Représentants gouvernementaux et partenaires sociaux de la CEDEAO -Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest- se sont mis d'accord sur l'harmonisation des législations du travail au niveau de la région. Albert Damantang Camara, ministre guinéen de l'Enseignement technique, de la formation professionnelle, de l'emploi et du travail, a salué cette volonté d’harmonisation des textes qui va permettre aux chercheurs d’emplois de la CEDEAO de ne pas rencontrer de problèmes lorsqu’ils changent de lieu de résidence.

En ce qui concerne la Guinée, le ministre a assuré que son homologue de la Fonction publique et lui, "mettraient tout en œuvre pour la réalisation de cet objectif".

Si Albert Damantang Camara soutient l'harmonisation des législations du travail dans l'espace CEDEAO, c'est parce que les dernières statistiques sur le travail en Afrique ne sont pas réjouissantes. À l'ouverture des travaux, le 25 octobre, il a rappelé que seuls 28 % des 400 millions d’Africains en âge de travailler ont un emploi stable et que l’écrasante majorité́ de ces actifs travaille toujours dans l’informel. "Sachant que chaque année entre 10 et 12 millions de jeunes arrivent sur le marché du travail, d’ici 2020, quelque 122 millions de nouveaux demandeurs d’emploi arriveront sur ce marché́, alors qu’au rythme actuel le continent ne devrait créer que 54 millions de postes à pourvoir", a-t-il signalé.


LIRE AUSSI : CEDEAO: réunion au sommet pour accélérer le projet de monnaie unique


Citant l’Organisation internationale du travail, le ministre en charge de l'Emploi et du travail a déclaré que 82% des travailleurs africains étaient pauvres "parce qu’ils sont coincés dans le secteur informel de l’auto-emploi, qu'ils n’ont pas de bons emplois et ne sont pas protégés". "Que dire alors de la couverture sociale qui, pour des millions de travailleurs, reste un lointain mirage", a-t-il ajouté. 


La représentante résidente du président de la Commission de la CEDEAO en Guinée, Liliane Alapini, a salué la résolution de Conakry, qui selon elle, entre dans le cadre du renforcement du dialogue social et de la paix au sein des États membres.

À Conakry, la cinquième assemblée générale du Forum du dialogue social tripartite de la CEDEAO a eu à se pencher sur l’examen et la validation des projets de documents soumis, dont celui de l’harmonisation des législations du travail dans la sous-région. L'assemblée a dû également initier et développer un plan de travail pour guider le processus d’élaboration d’un programme régional sur le travail décent. Elle a aussi mis en place des groupes de travail sur la migration professionnelle, la protection sociale et de renforcement des capacités...
Le 29/10/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou