Fermer

Vidéo. Mali. Bamako: questionnements sur la valorisation de la filière cajou en Afrique de l'Ouest

Mise à jour le 11/08/2019 à 15h06 Publié le 11/08/2019 à 14h51 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Economie
transformation de l'anacarde
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Si l'anacarde est une filière stratégique en Afrique de l’Ouest, la valorisation de celle-ci laisse grandement à désirer. Les pommes de cajou sont jetées et la transformation de la noix est embryonnaire. Une rencontre s’est tenue à Bamako pour examiner les meilleurs moyens de valoriser la filière.

En Afrique, environ 10 millions de kg de pommes de cajou sont produites chaque année.

Alors qu'elles sont savoureuses, celles-ci sont souvent jetées, une fois que la noix de cajou brute est récoltée et séparée de la pomme.

Pourtant, la pomme de cajou est très nutritive, et possède les attributs nécessaires à devenir une partie de l’alimentation africaine.


A ce égard, un forum sur les vertus du cajou s’est tenu à Bamako pour faciliter le partage d’expériences entre pays sahéliens producteurs de cajou.

Cela, en vue d’alimenter les réflexions sur les mesures à prendre pour mieux organiser et accompagner la filière, au bénéfice de l’ensemble de la chaîne de valeur en Afrique de l’Ouest.


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: l’anacarde peine à passer le cap de la transformation


Selon le ministère du Commerce et de la concurrence du Mali, l’anacarde occupe aujourd’hui le 2e rang, après le coton, en ce qui concerne les produits agricoles exportés par le pays.

C’est pour cette raison que l’anacarde a été positionnée comme une filière stratégique dans le document de stratégie de développement des produits d’exportations du Mali.

Le 11/08/2019 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté