Fermer

Libye. CPI : plainte contre Nicolas Sarkozy par un regroupement d'activistes africains

Mise à jour le 09/10/2017 à 16h26 Publié le 09/10/2017 à 16h08 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Société
Libye: Les 5 véritables raisons du meurtre de Kadhafi par Sarkozy
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Réunis à Bamako pour la mise en place du Front panafricain de la société civile (FISPA), des associations et mouvements d'activistes du continent ont porté plainte contre l'ancien président français Nicolas Sarkozy pour l'assassinat du colonel Kadhafi en 2011.

Une quinzaine d'associations et de mouvements militants ont porté plainte contre l'ancien président français Nicolas Sarkozy pour sa responsabilité dans l'assassinat du colonel Kadhafi en 2011. Parmi ces groupes figurent le mouvement "Y en a marre" du Sénégal", "Le Balai citoyen" du Burkina Faso ou "Le peuple n'en veut plus" de Guinée. Ils expliquent vouloir porter cette plainte en raison "des conséquences dramatiques et néfastes" qu'a eu cet assassinat sur le continent africain et "sur les populations africaines", a expliqué sur RFI le reggae-man guinéen Elie Kamano.

La plainte a été déposée le 7 octobre alors que le regroupement de mouvements et d'associations formait à Bamako le Front Panafricain de la Société Civile pour " défendre l'Afrique, la démocratie, la dignité et les droits de l'Homme." 


VOIR AUSSI: Vidéo. David Pujadas accuse Sarkozy d'avoir tué Kadhafi

Déjà compromise par la récente révélation du site d'information français Mediapart, la Cour pénale internationale (CPI) joue à nouveau sa crédibilité et sa réputation. " Si la CPI ne réagit pas, cela voudra dire qu'elle choisit ses clients", a  averti le musicien Tiken Jah Fakoly, parrain de la FISPA, qui juge cette plainte tardive mais utile.

Les auteurs de cette plainte pourraient-ils trouver en Alpha Condé un soutien étatique ? Le président guinéen et président en exercice de l'Union africaine a une fois exprimé le regret de n'avoir pas été écouté sur la crise libyenne. "Les Occidentaux ne nous ont pas écoutés, ils ont tué Kadhafi, et aujourd'hui il n'y a pas d'Etat en Libye", avait-il déclaré lors d'une visite d'Etat en Turquie.


LIRE AUSSI: Libye: les 5 vraies raisons de la liquidation de Kadhafi


Alpha Condé est l'un des rares dirigeants africains à s'exprimer publiquement sur l'assassinat de Kadhafi. Ailleurs en Afrique, l'indignation provoquée par cet assassinat s'exprime dans les débats. La faute à la crise post-Kadhafi, encore loin d'une résolution.

Le 09/10/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou