Fermer

Franc CFA: Urgences panafricanistes (Urpanaf) donne un ultimatum à la BCEAO et la BEAC

Publié le 25/09/2017 à 15h59 Par Mar Bassine

#Economie
Kémi Séba

Kémi Séba, activiste panafrican.

© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Les deux banques centrales des pays qui ont en commun le franc CFA ont jusqu'à décembre pour présenter un plan de sortie du système monétaire existant, lequel les inféode à la France. C'est du moins l'ultimatum que donne l'ONG Urgences panafricanistes que dirige l'activiste Kémi Séba.


Visiblement, les partisans de l'abandon des deux Francs CFA par les 14 pays africains qui l'ont en partage, ont décidé de passer à la vitesse supérieure dans leur offensive pour contraindre les gouverneurs des deux banques centrales concernées à agir. L'ONG Urgences panafricanistes, à la tête de laquelle se trouve Kémi Séba, vient de leur adresser un ultimatum. "Nous laissons à nos banques centrales et aux chefs d'Etat africains jusqu'au 4 décembre 2017 pour présenter un plan de sortie du franc CFA qui devra être mise en oeuvre intégralement en 2018", affirme l'activiste franco-béninois.  

Dans sa demande, l'ONG Urgences panafricanistes (Urpanaf) exige notamment la suppression immédiate des comptes d'opération par le biais desquels, les 14 pays concernés sont tenus de déposer la moitié de leurs réserves auprès du Trésor public français. Cela représente 10 à 11 milliards d'euros, théoriquement, mais selon plusieurs experts, dans les faits les dépôts au profit du Trésor public français sont beaucoup plus importants. En contrepartie de ces dépôts, la France offre sa garantie au franc CFA. 
 


LIRE AUSSI: Franc CFA: comment l'Afrique finance gratuitement la France



Le retrait des représentants de la Banque de France des conseils d'administration des banques centrales et la suppression du veto de la France sont d'autres exigences formulées par Urpanaf. De même, il s'agira également de commencer à imprimer la monnaie africaine sur le continent et par les pays concernés. Enfin, il faudra mettre en oeuvre les plans de sortie envisagés et théorisés par d'éminents économistes comme Kaku Nobuckpo, Mamadou Koulibaly ou encore Demba Moussa Dembélé. 

Si Urpanaf durcit le ton, c'est parqu'elle a été requinquée par la forte mobilisation qui a suivi l'incident du 19 août 2017 à Dakar qui a abouti à l'expulsion par Dakar de l'activiste. Kémi Séba avait alors brûlé un billet de 5.000 francs CFA, ce qui lui a valu d'être arrêté suite à une plainte de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest. Son procès, quelques jours plus tard, avait abouti à un non-lieu, une énorme victoire pour les détracteurs du franc CFA. Mais au-delà, plusieurs personnalités africaines s'étaient mobilisées pour demander son élargissement. Dans les réseaux sociaux, les dénonciations tant du franc CFA que de son arrestation s'étaient multipliées. 
 


LIRE AUSSI: Franc CFA: Macky Sall se débarrasse de la patate chaude en expulsant Kémi Séba vers la France



C'est pourquoi, il faut prendre très au sérieux les menaces de Urpanaf qui semble être une tête de pont de la contestation anti-franc CFA. 

Le 25/09/2017 Par Mar Bassine