Fermer

CEDEAO: l’ivoirien Claude Brou nouveau président de la Commission

Mise à jour le 17/12/2017 à 15h23 Publié le 17/12/2017 à 15h09 Par Moussa Diop

#Politique
Jean-Claude Brou

Jean-Claude Brou, nouveau président de la Commission de la CEDEAO.

© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Lors du 52e sommet de la CEDEAO qui se tient à Abuja, les chefs d’Etat ont choisi le remplaçant du Béninois Marcel De Souza. C’est le ministre ivoirien de l'Industrie et des mines, Jean-Claude Brou, qui prendra les rênes de la Commission de la CEDEAO à partir du 1er mars 2018.

Les chefs d’Etat et de gouvernement des pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) ont choisi un nouveau président pour la Commission de leur organisation. Le Béninois Marcel De Souza va céder sa place à l’Ivoirien Jean-Claude Brou, actuel ministre ivoirien de l’Industrie et des mines. Il prendra ses fonctions à partir du 1er mars 2018.

Rappelons que le président de la Commission de la CEDEAO est désigné pour un mandat de 4 ans non renouvelables. Il est assisté d'un vice-président et de 13 commissaires.  


LIRE AUSSI: CEDEAO: un sommet extraordinaire début 2018 pour acter l'adhésion du Maroc


Par ailleurs, sur la question togolaise, les dirigeants ont réagi timidement en se contentant d’une déclaration a minima. Il faut dire que Faure Gnassingbé est le président de l’organisation et présidait donc les débats au moment où des milliers de ses opposants manifestaient à Lomé contre son pouvoir. Ainsi, les dirigeants ont souligné, dans leur communiqué final, «leur préoccupation face à la tension politique persistante» dans le pays et appelé les parties prenantes à «s’engager dans les plus brefs délais dans un large dialogue et dans un esprit de compromis».

Sur la Guinée Bissau, les chefs d’Etat étaient plus fermes, car la CEDEAO s’est dite «déçue». Elle a menacé les dirigeants de ce pays de sanctions collectives ou individuelles si aucune solution de sortie de crise n’est prise par les parties en conflit. Pour rappel, depuis la destitution en août 2015 du Premier ministre Domingos Simoes Pereira par le président José Mario Vaz, le pays est en proie à une crise politique.
Le 17/12/2017 Par Moussa Diop