Fermer

Côte d’Ivoire: la Banque tunisienne de l’habitat échoue à reprendre la BHCI

Mise à jour le 03/08/2017 à 14h47 Publié le 03/08/2017 à 14h45 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Economie
BHCI
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Ce qui devrait être la première incursion de la Tunisie dans le secteur bancaire ivoirien s’est soldé par un échec. La Banque tunisienne de l’habitat n’a pu conclure favorablement le rachat de la BHCI, alors que l’opération semblait en bonne voie.

La Tunisie devra attendre une autre occasion pour prendre pied dans le secteur bancaire ivoirien. La Banque de l’habitat, qui avait annoncé en grande pompe, le 15 septembre 2016, le rachat des actifs publics de la Banque de l’habitat de Côte d’Ivoire (BHCI), avant d’être démentie, s’est vu rafler la mise par des Canadiens.

Le gouvernement ivoirien vient en effet d’informer ce mercredi de la cession de ses 51,6% du capital de la banque à la société canadienne WestBridge Mortgage.

Le nouvel acquéreur, spécialiste du financement de l’immobilier, reprend une banque dont les «pertes importantes (…) sont de nature à compromettre durablement ses missions», détaillent les autorités.

En effet, créée en 1993 afin de faciliter l’accès des  Ivoiriens à la propriété, la BHCI, après des débuts prometteurs, s’est enlisée dans une crise qui dure depuis les années 2005.


LIRE AUSSI : Côte d’Ivoire: le gouvernement dément la cession de la BHCI à la Banque tunisienne de l’Habitat


L’enjeu pour les autorités est de voir émerger une institution capable d’accompagner son ambition dans le secteur immobilier.

Reste que sur ce point, le gouvernement qui tablait sur un objectif de 150.000 logements sociaux et économiques à construire à l'horizon 2020, peine à voir les projets immobiliers sortir de terre, faute de mécanisme de financement adapté.

L’arrivée de WestBridge Mortgage devra permettre d’injecter du cash pour relever le capital de la BHCI de 6,5 milliards FCFA à 10 milliards FCFA, conformément à la règlementation de l’UEMOA.  

Reste peut-être une toute dernière chance pour la Tunisie, très intéressé par l’économie ivoirienne: la dernière banque publique en vente, Versus Bank. L’établissement, hier en crise, a vu ses comptes passer au vert ces deux dernières années. Il faudra donc que les Tunisiens retroussent un peu plus les manches pour ne pas rater le coche cette fois..

Le 03/08/2017 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet