Fermer

Côte d’Ivoire. la filiale de la Banque populaire, séductrice de femmes entrepreneures

Mise à jour le 31/07/2018 à 20h28 Publié le 31/07/2018 à 20h25 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Economie
Signature de convention entre Banque Atlantique et le Ministère en charge des PME
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Banque Atlantique Côte d’Ivoire vient de passer le cap de 1 milliard FCFA, soit 1,52 million d’euros, de financement au profit de l’entrepreneuriat féminin.


La filiale de la Banque populaire ne lésine pas sur aucun moyen pour séduire les femmes entrepreneures. Une grande avancée vient d’être réalisée dans le cadre d’un fonds de 5 milliards FCFA, soit 7,52 millions d’euros, mis en place en février 2017 lors de la visite du roi Mohammed VI sur les bords de la lagune Ebrié.

1,313 milliard FCFA, soit un peu plus de 2 millions d’euros. Tel est le montant que Banque Atlantique Côte d’Ivoire a mobilisé au bout d’une année en faveur des femmes entrepreneures vivant en Côte d’Ivoire.

Ce décompte a été atteint ce 30 juillet avec la remise de chèques à 45 patronnes de PME bénéficiaires du Fonds pour la promotion des PME et de l’entrepreneuriat féminin pour un montant de 700 millions FCFA, soit 1,07 million d’euros.


>>>LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: Banque atlantique mobilise 5 milliards FCFA pour l’entrepreneuriat féminin


Ces ressources accordées sous forme de prêts, le sont dans le cadre de ce Fonds doté d’une enveloppe de 5 milliards FCFA, soit 7,62 millions d’euros, mis à la disposition de l’Etat de Côte d’Ivoire par le groupe Banque centrale populaire, maison mère de Banque Atlantique, à la faveur d’une convention liant le pays au Maroc et signée le 27 février 2017 lors de la visite royale à Abidjan.

Depuis son lancement il y a un an, en août 2017, le fonds a permis de financer 80 PME dirigées par des femmes, après une sélection effectuée par le ministère en charge de la promotion des PME, suivant des critères prédéfinies.

Rappelons que cet outil a été mis en place afin de résoudre la problématique de l’accès au financement des femmes. Ces dernières sont en effet encore victimes de préjugés qui limitent leur capacités à lever les ressources nécessaires au développement de leurs activités.

Le 31/07/2018 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet