Fermer

Côte d’Ivoire: de nouveaux projets chinois annoncés en terre ivoirienne

Mise à jour le 05/09/2018 à 12h04 Publié le 05/09/2018 à 12h02 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Economie
Ouattara-Xi Jinping
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : La Chine va accentuer sa présence en terre ivoirienne avec de nouveaux investissements. Port, aéroport, centre industriel, centrale thermique: Alassane Ouattara achève son séjour chinois avec de belles promesses.

La Chine poursuit son ancrage dans l’économie ivoirienne. Au terme d’un séjour particulièrement fructueux qui prend officiellement fin ce 4 septembre, le président ivoirien a glané des lauriers pour l’économie ivoirienne avec de nombreux accords aussi bien pour le secteur public que pour le secteur privé.

Des cinq accords bilatéraux signés le 29 août dernier en présence du président chinois Xi Jiping, 9 autres se sont greffés portant cette fois sur des projets d’infrastructures.

L’important projet de la centrale thermique à charbon de San Pedro, la première du pays, va ainsi bénéficier de financements de partenaires chinois. L’infrastructure d’une capacité globale de 700 MW va nécessiter un investissement de 2 milliards de dollars qui proviendra «essentiellement des  banques chinoises» a expliqué Gilbert Soa, l’un des dirigeants de l’entreprise ivoirienne S.Energies qui porte le projet.


LIRE AUSSI: Forum Chine-Afrique: la danse du ventre des dirigeants africains et les 8 initiatives de Xi Jinping


En outre, les banques publiques chinoises vont financer la construction d’un parc industriel dédié au textile en Côte d’Ivoire. Un accord a été signé dans ce sens selon Souleymane Diarrassouba, le ministre ivoirien en charge de l’Industrie, avec la société chinoise Shanghaï Textile en vue de la mise en place d’«une filière industrielle textile intégrée» couvrant la filature, le tissage et la confection pour un investissement d’«environ 200 millions de dollars».

Autre projet majeur, le port sec de Ferkessédougou, dans le nord ivoirien. Il s’agit d’une importante plateforme logistique destinée à être un point de relais entre le port d’Abidjan  et les pays de l’hinterland (le Mali, le Burkina Faso et le Niger). Les 262 milliards FCFA, soit environ 524 millions de dollars, que coûteront le projet seront entièrement financés par le gouvernement chinois a souligné Aly Coulibaly, le ministre ivoirien de l’Intégration africaine. Un projet qui sera exécuté par « un groupe chinois».


LIRE AUSSI: Chine-Afrique: la dette chinoise et le risque d’étranglement du continent


Par ailleurs il est prévu des financements de banques chinoises dans le cadre de l’extension et la modernisation de l’aéroport d’Abidjan.

Diversifier les partenaires

Au cours d’un forum économique ivoiro-chinois  tenu ce 31 août, le président ivoirien a exprimé la volonté de la Côte d’Ivoire de diversifier ses partenaires et a encouragé les entreprises chinoises à s’intéresser à son pays. «Vous les investisseurs privés chinois, en investissant en Côte d’Ivoire, vous êtes sûrs que vous n’aurez pas de problème de devise et que vous n’aurez pas de problème de transfert de vos  bénéfices (…) vers la Chine» a-t-il indiqué, invitant au passage le secteur bancaire privé chinois «à investir dans notre système bancaire».

Encore plus, le pays aspire à voir des investissements chinois dans la transformation du cacao. «Acheter le cacao ivoirien, transformez-le en beurre et en pâte, faites du chocolat en Côte d’Ivoire, et exportez-le en Chine, et je suis sûr, le président Xi Jinping l’a promis, ce chocolat entrera en Chine libre de droit de douane et de taxe. C’est vous dire qu’il y a des opportunités» a-t-il exhorté.

Le 05/09/2018 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

à lire aussi