Fermer

Côte d’Ivoire: l’Égypte veut vendre des équipements militaires à l'Etat ivoirien

Mise à jour le 05/08/2017 à 11h03 Publié le 05/08/2017 à 10h16 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Politique
Egypte armée
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Le Caire veut passer de la formation de l’armée ivoirienne au statut de fournisseur d’équipements militaires. Le conglomérat AOI vient d’effectuer une mission dans le pays.

Le patron de l’Arab Organisation for Industrialization (AOI), le général Abdel Aziz Seif El-Din, vient d’achever une mission à Abidjan au cours de laquelle il a été question notamment de l’équipement des forces armées ivoiriennes. 
 
Au cours d’une série de rencontres avec les autorités du pays dont le Premier ministre Gon Coulibaly et le ministre de la Défense, il a été question des besoins des institutions de défense et de sécurité ivoiriennes. Il s’agit notamment des besoins en véhicules blindés militaires et civils et d’autres types de matériels pour lutter contre l’insécurité, détaille le quotidien gouvernemental Fraternité Matin.
 
Le Caire qui appuie déjà la Côte d’Ivoire dans le cadre de la lutte contre le terrorisme – des agents de police viennent d’achever un séjour à l’Académie de police du Caire - compte donc ouvrir un nouvelle page de sa coopération militaire avec Abidjan engagé dans une phase de modernisation de ses instruments de défense.


LIRE AUSSI : Côte d'Ivoire: réforme de l'armée, le défi majeur du gouvernement


En effet, après une décennie de crise armée, la Côte d’Ivoire a entrepris de professionnaliser ses forces armées et de renouveller le matériel militaire, une politique qui va se renforcer avec la mise en œuvre de la «loi de programmation militaire» d’un coût de 2.264 milliards FCFA soit 3,4 milliards d’euros adoptée il y a un an pour la période 2016-2020.

 
Abidjan  qui vient d’acquérir trois hélicoptères de combat russe MI-24, dans un contexte de remous au sein de l’armée, pourrait bien vouloir renforcer un peu plus son dispositif de sécurité et de défense. 
 
En outre dans le cadre de cette coopération, une visite du ministre des Affaires étrangères, Amon Tanoh, et du ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, est annoncée au Caire très prochainement.
 
Il faut noter que l’AOI est un conglomérat public égyptien de l’industrie militaire qui produit notamment des avions de combats et véhicules militaires. Ce sont environ 15.000 techniciens et ingénieurs qui travaillent pour le compte de la firme.
 
Le 05/08/2017 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet