Fermer

Côte d’Ivoire: la grogne des soldats persiste et s'étend à Abidjan

Publié le 07/01/2017 à 17h59 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Société
soldats ivoiriens
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Malgré l’appel au calme du gouvernement, la grogne des soldats ivoiriens fait tache d'huile à travers le pays. Elle s’est étendue ce samedi à la capitale économique, Abidjan.

Les évènements s’accélèrent en Côte d’Ivoire où les soldats semblent peu réceptifs aux appels au calme des autorités. Abidjan est désormais entré dans la danse. Cette fin de matinée, des tirs nourris d’armes automatiques ont été entendus à Akouédo, la plus grande et la plus importante garnison du pays, située à l’Est de la capitale économique du pays. Des tirs qui ont provoqué des scènes de panique dans les communes  proches de Bingerville, qui abrite la garnison, et Cocody, mais également à Adjamé, un peu plus loin au centre de la ville. L’accès de Bingerville est bloqué par des soldats.


Depuis cette matinée, les villes de Man et Duékoué (à l’ouest du pays) et la ville de Bondoukou (à l’est) sont venues s’ajouter à Bouaké, Daloa, Korhogo et Yamoussoukro.


LIRE AUSSI :
Côte d’Ivoire: le mouvement des soldats mutins s'étend et l'armée placée en état d'alerte



L’on apprend également que des militaires ont bloqué les accès de la commune du Plateau, le centre des affaires d’Abidjan, qui abrite également un autre camp militaire ainsi que l’Etat-major ivoirien. L’on ne sait pour l’heure si ces derniers sont en lien avec la grogne des soldats ou s’il s’agit d’une simple opération de sécurisation du centre névralgique du pays.

C’est dans ce contexte que le ministre en charge de la Défense, Alain-Richard Donwahi, s’est envolé ce midi à bord d’un hélicoptère de l’armée en direction de Bouaké pour y entamer des «discussions» directes avec les soldats.


LIRE AUSSI :
Côte d’Ivoire: des soldats occupent la ville de Bouaké, au centre du pays


Le président Alassane Ouattara s’est lui rendu ce matin à Accra pour prendre part à l’investiture de son homologue ghanéen. Une façon de montrer que le pays n’était nullement ébranlé face à cette grogne d’une partie de l’armée dont les revendications restent pour l’heure purement corporatistes. Il devrait retourner à Abidjan en fin d’après-midi, où un Conseil des ministres extraordinaire est prévu à 17 heures locales au palais présidentiel situé au … Plateau.
Le 07/01/2017 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

à lire aussi