Fermer

Côte d'ivoire: 4500 adolescentes tombent enceinte dans les écoles en 7 mois

Mise à jour le 17/04/2017 à 18h31 Publié le 17/04/2017 à 18h28 Par Mar Bassine

#Société
Côte d'ivoire: 4500 adolescentes tombent enceinte dans les écoles en 7 mois
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Depuis la rentrée scolaire 2016-2017 en septembre dernier, ce sont près de 4500 adolescentes encore élèves dans les écoles ivoiriennes qui sont tombées enceintes, selon un rapport du ministère de l'Education nationale ivoirienne.


Kiosque Le360afrique. Dans un rapport que vient de publier le gouvernement ivoirien, ce sont exactement 4471 jeunes filles élèves essentiellement dans les collèges et les lycées qui sont tombées enceintes depuis le début de l'année scolaire 2016-2017. Il s'agit d'une situation qui a tendance à s'aggraver, mais contre laquelle très peu de choses sont faites, ni pour la prévenir, ni pour la prise en charge des futures filles-mères. 

Il s'agit d'un véritable problème de société, d'autant que près du quart des filles qui tombent enceinte en milieu scolaire n'ont que entre 9 et 14 ans d'après le rapport de l'Education nationale. Une fois qu'elles contractent une grossesse indésirable au cours de leur scolarité, plusieurs jeunes filles sont abandonées à elles-mêmes. Malgré leur jeune âge, les familles les tiennent entièrement responsables de ce leur arrive. C'est pourquoi beaucoup abandonnent les études alors qu'elles n'ont même pas atteint la classe de 3e du Collège. 


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: les grossesses en milieu scolaire, une équation encore irrésolue

LONG Cavoequiva est l'une des rares associations qui s'impliquent dans ce phénomène si regrettable par la prise en charge des jeunes filles avant et après leur accouchement. "Dans la plupart des cas, soit les enfants ont été mises enceinte par les professeurs parce que les filles sont dans une situation de vulnérabilité. Elles ont quitté leur village, se sont retrouvées dans un autre et n'ayant pas assez de moyens, elles sont en proie à ces auteurs-là. Et il y aussi les élèves qui sont auteurs de grossesses", a déclaré Mariam Ouattara, directrice de Cavoequiva, au micro de Radio France Internationale
Le 17/04/2017 Par Mar Bassine

à lire aussi