Fermer

Côte d’Ivoire: l'armée sonne la fin de la récréation contre les récalcitrants de Bouaké

Mise à jour le 14/05/2017 à 22h33 Publié le 14/05/2017 à 22h31 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Société
Mutinerie
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : L’armée ivoirienne a décidé de se dresser contre les soldats mutins qui tiennent la ville de Bouaké. Une «action pour rétablir l’ordre» a été lancé ce dimanche soir.

L’armée ivoirienne vient d'engager «une action pour rétablir l’ordre» contre les militaires «récalcitrants» de Bouaké, informe un communiqué de l’état-major. L’annonce vient confirmer la posture de fermeté des autorités militaires qui avaient déjà mis en avant leurs forces d’élites, la garde républicaine en l’occurrence, contre les mutins vendredi à Abidjan.

Si «la majorité» des militaires avaient regagné les casernes, dès le vendredi soir, suite à un premier appel brandissant des menaces de sanction disciplinaires, ceux de Bouaké gardaient encore le contrôle de la ville où ils paradaient dimanche avec leurs armes.


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire. Deux soldats témoignent: "nous avons été floués"


 

 
Ces  «militaires récalcitrants» ont usé «d’armes à feu contre les populations civiles excédées par leurs agissements», se sont adonnés à des «pillages et racket systématique de transporteurs et d’opérateurs économiques et des voies de faits contre certains leaders d’opinion», note le texte. 
 
Dimanche à Bouaké, un jeune homme décédait des suites de ses blessures après des tirs effectués par les soldats mutins contre une marche de protestation des populations.
 
Plusieurs sources confirment qu’un convoi militaire a bien quitté en début d’après-midi Abidjan en direction du centre du pays.
 
Le risque d’un affrontement armée n’est pas à exclure. Abidjan veut en effet définitivement mettre de l’ordre et la discipline dans son armée. «Tous ceux qui continueront de défier l'autorité, à entraver les activités et à troubler la quiétude des populations ainsi que le fonctionnement normal de l'Etat subiront les sanctions disciplinaires les plus sévères», prévient l’état-major. Il reste toutefois à espérer que les mutins sauront faire profil bas et rentrer dans les rangs.
 
A noter que dans les autres villes abritant les garnisons militaires, le calme était revenu depuis samedi soir. 
 

Le 14/05/2017 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

à lire aussi