Fermer

Côte d’Ivoire: la chute des cours du cacao menace les efforts pour éradiquer le travail des enfants

Mise à jour le 15/06/2017 à 13h37 Publié le 15/06/2017 à 10h27 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Société
enfant cacao
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Le travail des enfants pourrait bien être la variable d’ajustement des paysans qui subissent de plein fouet la chute des cours du cacao. Les organisations internationales s’inquiètent du risque de résurgence d’un phénomène qui représente une menace réelle pour la filière.

La baisse des prix mondiaux du cacao menace de saper les efforts visant à éradiquer le travail des enfants au Ghana et en Côte d'Ivoire, les deux plus grands producteurs du monde. Et pour cause, les baisses des revenus qui en découlent pourraient obliger les agriculteurs à envoyer leurs enfants.

«Si la baisse actuelle du prix du cacao sur le marché mondial perdure, cela risque de compromettre les progrès effectués dans la durabilité du cacao et pourrait accroître finalement le risque du travail des enfants», s’inquiète la Fondation internationale Cocoa Initiative (ICI) dans un communiqué en début de semaine.


LIRE AUSSI : Côte d'Ivoire: inquiétudes avec la chute des cours du cacao


Selon les organisations travaillant sur la question, les familles seront davantage tentées d’avoir recours à leurs enfants, alors sortis de l’école, en lieu et place d’ouvriers agricoles adultes et pire, le contexte peut favoriser la résurgence du trafic des enfants, convoyés vers les zones de production pour servir de main d’œuvre.  

On estime que plus de deux millions d'enfants travaillent dans l'industrie du cacao dans les deux pays d'Afrique de l'Ouest, où ils transportent des charges lourdes, pulvérisent des pesticides, etc.

Le sujet est une problématique majeure pour la filière qui, outre la volatilité des cours, redoute plus que tout un boycott dans les grands pays consommateurs en Occident, devenus plus exigeants sur les conditions de production des fèves.


LIRE AUSSI : Ghana: le président Dramani plaide pour un «conglomérat» du cacao


En général, les organisations telles que la Fondation ICI, mettent en place des infrastructures sociales (comme des écoles) afin d’accompagner les communautés villageoises dans la prise en charge de leurs enfants. Des initiatives soutenues par des multinationales et qui leur permettent d’assurer une meilleure traçabilité de leurs produits.

Les cours du cacao enregistrent une chute de plus de 40% depuis un an, une baisse répercutée sur les prix d’achat aux paysans. En Côte d’Ivoire, ces derniers ont vu leurs revenus s’effondrer de 35%.
Le 15/06/2017 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet