Fermer

BAD: le président Adésina répond à ses détracteurs

Mise à jour le 27/05/2020 à 18h48 Publié le 27/05/2020 à 17h15 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
Akinwumi Adesina, président du Groupe Banque africaine de développement (BAD).

Akinwumi Adesina, président du Groupe Banque africaine de développement (BAD).

© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, s’est déclaré mercredi “innocent” d’accusations de prévarication le visant et va “continuer à travailler” après la demande de Washington d’une enquête indépendante sur cette affaire.

“Malgré des tentatives sans précédent pour ternir ma réputation (…) je maintiens que je suis innocent”. “Je vais donc continuer à travailler avec tous les actionnaires” de la Banque, déclare dans un communiqué Adesina, premier Nigérian à diriger la BAD et seul candidat à sa réélection pour un second mandat en août.

Ce communiqué intervient après la demande des Etats-Unis, un des principaux actionnaires de la BAD, d’“une enquête approfondie sur ces allégations (de prévarication) par un enquêteur extérieur indépendant”, dans une lettre signée du secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin datée du 22 mai.

Mnuchin faisait part de ses “sérieuses réserves” sur l’enquête interne menée par la BAD, qui l’avait conduit à disculper totalement Adesina, mis en cause depuis le début de l’année par des “lanceurs d’alerte”.


LIRE AUSSI: Washington demande une enquête indépendante contre le président de la Banque africaine de développement


Ces “employés préoccupés” par la situation de la BAD ont lancé de graves accusations contre Adesina, telles que “comportement contraire à l‘éthique, enrichissement personnel et favoritisme”.

Cette affaire fragilise l‘éventuelle réélection de Adesina pour un second mandat de cinq ans à la tête de l’institution panafricaine de développement.

Economiste spécialiste du développement et ancien ministre de l’Agriculture du Nigeria, Adesina, 60 ans, assure avoir reçu “des marques de soutien du monde entier ces dernières semaines”, “ face à ces fausses allégations qui visent à porter atteinte à mon honneur et mon intégrité, ainsi qu‘à la réputation de la BAD”.

“Je suis confiant sur le fait qu’une procédure juste et transparente, en accord avec les règles de la Banque, prouvera enfin que je n’ai pas violé le code d‘éthique” de la BAD”, déclare-t-il dans son communiqué.
Le 27/05/2020 Par Le360 Afrique - Afp