Fermer

CAN 2021: la CAF se dégonfle-t-elle?

Mise à jour le 18/12/2018 à 10h47 Publié le 18/12/2018 à 10h45 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Sports
CAN 2021
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Après avoir attribué l’organisation de la CAN 2021 au Cameroun, au détriment de la Côte d’Ivoire, assurant que cette dernière était bien incapable de se doter des infrastructures nécessaires dans les temps, l’instance suprême du foot africain se montre désormais bien moins sûre de son fait...

La CAF n’aurait-elle encore rien décidé au sujet de la CAN 2021?  C’est un vrai rétropédalage que vient d'effectuer l’instance confédérale, alors qu'il n’y a pas si longtemps, elle se satisfaisait d’avoir attribué la compétition au Cameroun.

«Nous confirmons qu'aucune décision n'a été prise par le comité exécutif» a confié une source de la CAF citée par la BBC. Un revirement qui intervient  alors qu’en Côte d’Ivoire, la FIF, la fédération ivoirienne de football, a décidé de faire un recours au TAS, le tribunal arbitral du sport, afin de s’opposer à une décision unilatérale pour laquelle elle dénonçait n’avoir pas été associée.


LIRE AUSSI: Retrait de la CAN 2021: la Fédération ivoirienne de football a saisi le Tribunal Arbitral du Sport


En attendant d’y voir plus clair, Ahmad Ahmad, le président de la CAF, est prochainement attendu à Abidjan où il doit rencontrer les autorités ivoiriennes.

Une visite qui devrait prendre l’allure de sessions d’explication (ou d’excuses?) alors qu’il avait assuré que le pays avait été consulté au sommet et qu’un accord avait été bien trouvé.

Des propos battus en brèche par différents responsables ivoiriens, y compris le ministre ivoirien des Sports et le directeur de cabinet du président Alassane Ouattara.

Une chose est sûre, la Côte d’Ivoire n’a pas renoncé à organiser la compétition et n’a jusque-là montré aucun signe allant dans ce sens.

Dans un pays où le sport déchaîne bien des passions, le retrait de la'organisation de la CAN serait un camouflet, qui pourrait bien avoir des conséquences politiques.


Le 18/12/2018 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet