Fermer

CEMAC: Douala devient le hub financier d'Afrique centrale

Mise à jour le 03/11/2017 à 14h17 Publié le 02/11/2017 à 16h17 Par De notre correspondante à Douala Elisabeth Kouagne

#Economie
BVMAC

Le siège de la Bourse des Valeurs Mobilières de l'Afrique Centrale à Libreville.

© Copyright : DR

#Gabon : Les chefs d’État de la CEMAC, réunis à N’Djamena le 31 octobre, ont décidé de faire de Douala la place financière de la sous-région en fusionnant la bourse de Libreville et celle de la capitale économique camerounaise.

La Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC), jusque-là basée à Libreville au Gabon, sera bientôt transférée à Douala au Cameroun, où elle fusionnera avec la Douala Stock Exchange (DSX). C’est l’une des décisions fortes du sommet extraordinaire des chefs d’État de la CEMAC, qui s'est tenu le 31 octobre à N’Djamena, capitale du Tchad.

Cette décision vient donc sonner la fin de la bataille fratricide entre les deux places boursières de la CEMAC.

Rappelons-nous, en 2000, il avait été décidé de fixer le siège de la BVMAC à Libreville, la capitale gabonaise. Une décision contestée, notamment par le Cameroun, qui finira par mettre sur pied une bourse nationale, la DSX. Malheureusement, cette institution peine à décoller, avec trois entreprises cotées jusqu’à ce jour. De son côté, la BVMAC ne fera pas mieux.


LIRE AUSSI : Cameroun-Gabon: des écueils à dépasser pour la création d'une bourse régionale


Pourtant, la BVMAC était née du constat par la Banque des États d'Afrique centrale (BEAC) de l'absence d'un instrument de financement des investissements longs dans la sous-région CEMAC. La BVMAC avait donc vu le jour en 2003. Mais il lui avait fallu cinq ans pour coter son premier titre...

À ce jour, sa contribution au financement de l’économie reste marginale, en comparaison avec d’autres marchés financiers de pays en développement. Pourtant, la CEMAC possède de multiples ressources naturelles et un potentiel considérable, dont la mise en valeur nécessite des investissements importants.


LIRE AUSSI : La BRVM ambitionne d'intégrer le top 3 des bourses africaines


Les économistes ont souvent expliqué la faible performance du marché financier en zone CEMAC par la coexistence de deux bourses indépendantes, la BVMAC et la DSX. Un fait qui plaçait les opérateurs économiques dans une insécurité juridique, de nature à compromettre leur investissement. Un véritable frein à l’intégration régionale!

Le siège de la BVMAC va donc déménager de Libreville pour s’installer à Douala, capitale économique du Cameroun, locomotive du développement de la CEMAC.

Le 02/11/2017 Par De notre correspondante à Douala Elisabeth Kouagne