Fermer

Cameroun: une télévision suspendue pour avoir annoncé la mort d’Ali Bongo

Mise à jour le 21/12/2018 à 13h31 Publié le 21/12/2018 à 13h29 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Médias
TV Vision 4
© Copyright : DR

#Gabon : L'instance de régulation des médias camerounais a tranché: la chaîne de télévision privée Vision 4 a écopé d’un mois d'arrêt de diffusion de ses programmes pour avoir annoncé, le 27 octobre dernier, la mort du président Ali Bongo dans son JT de vingt heures. Explications.

Le Conseil national de la communication (CNC) a rendu public cette semaine, sa décision de suspension des programmes, durant un mois, de la chaine de télévision privée Vision 4. Une sanction qui intervient suite à l'annonce, par ce média, d'une fausse information, celle du  décès du président gabonais Ali Bongo, dans son édition du journal télévisé de 20 heures, le samedi 27 octobre 2018.

Cette annonce avait été immédiatement démentie par le porte-parole de la présidence de la République du Gabon.

La présentatrice de ce journal, Nadine Patricia Mengue, a également été sanctionnée: elle a écopé d'un mois de suspension de la pratique de son métier de journaliste.



LIRE AUSSI: Gabon: une présentatrice de la TV suspendue après un lapsus sur Bongo


«Ayant constaté cette faute professionnelle grave, susceptible de générer des conséquences diverses, et au regard des dispositions pertinentes de l’article 7 du décret du 24 septembre 1992 rendant exécutoire le code déontologie du journaliste, qui précise notamment qu’il est interdit au journaliste de publier une information douteuse, le président du Conseil national de la communication dénonce ce type de pratique et annonce que des mesures appropriées seront prises dans le respect de la réglementation en vigueur à l’encontre de l’organe médiatique susmentionné», avait déclaré le président du CNC, Peter Essoka, dans un communiqué publié le 1er novembre dernier.

Cette décision a été rendue publique ce mercredi 19 décembre 2018. Elle a été prise au terme de la 22e session ordinaire du CNC, qui s'est  tenue le 28 novembre dernier à Yaoundé, la capitale, apprend-on.


LIRE AUSSI: Cameroun: sale temps pour les professionnels des médias


Avant l'annonce de cette décision, la Haute autorité de communication gabonaise (HAC) avait, à l’issue de sa séance plénière ordinaire le mardi 30 octobre 2018 à Libreville, décidé de la suspension de la diffusion des programmes de Vision 4 sur tous les bouquets des distributeurs disponibles dans le pays.

«La télévision Vision 4 a annoncé la mort du président Ali Bongo, au mépris des règles élémentaires qui sous-tendent les fondements du droit à la communication, à savoir l’honnêteté et l’exactitude de l’information (…) Or, en diffusant cette information, de surcroît à une heure de grande écoute, cette chaîne de télévision a manqué d’assurer à l’ensemble de la population l’information exacte, honnête et complète qu'elle est en droit d'attendre. Il s'est agi pour elle de diffuser intentionnellement, sans vérification des sources, une information inexacte», avait expliqué la HAC.

Le 21/12/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell