Fermer

Gabon. Ali Bongo: les grandes dates d'une décennie passée au pouvoir

Mise à jour le 17/10/2019 à 11h21 Publié le 17/10/2019 à 11h17 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Gabon: Ali Bongo limoge son tout puissant demi-frère du service des renseignements
© Copyright : DR

#Gabon : Le président Ali Bongo Ondimba fête le 16 octobre le dixième anniversaire de son investiture à la tête du Gabon. Voici les grandes dates de sa présidence:


Le 16 octobre 2009, Ali Bongo Ondimba, fils d'Omar Bongo, au pouvoir pendant près de 42 ans, est investi président après un scrutin en août. Malgré la validation par la justice de cette éclatante victoire, l'opposition conteste. Les violences qui ont suivi feront plusieurs victimes.

Il multiplie les grands projets d'infrastructures (routes, stades), grâce aux investissements de groupes chinois qui affluent dans l'ancienne colonie française. Cela ne manque pas de frustrer ses partenaires historiques composés notamment de grands groupes français qui ont toujours perçu le continent comme leur chasse gardée. 

Le gouvernement, confronté à la chute des cours du pétrole à partir de 2014, traverse depuis une profonde crise économique.


>>>LIRE AUSSI: Gabon: Ali Bongo limoge son tout puissant demi-frère du service des renseignements

En 2014, l'opposition reprend l'affirmation du journaliste français Pierre Péan, selon laquelle M. Bongo est un enfant du Nigeria adopté et qu'il ne peut, à ce titre, diriger le Gabon.

Plusieurs procédures judiciaires sont ouvertes en France et au Gabon, le président doit justifier son état civil de façon récurrente.

Le 31 août 2016, l'annonce de la réélection d'Ali Bongo, devant son adversaire Jean Ping, suscite des violences rares (Assemblée incendiée, assaut contre le QG de M. Ping). Elle est validée par la Cour constitutionnelle le 24 septembre.

La contestation populaire, ajoutée aux enquêtes de la justice française dans l'affaire des "biens mal acquis", pousse Ali Bongo à prendre ses distances avec Paris.

En 2017, le président lance un "dialogue politique" pour apaiser les tensions, dialogue boycotté par M. Ping.


Le 24 octobre 2018, Ali Bongo est victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC) en Arabie saoudite. Il passe plusieurs mois en convalescence à Rabat, au Maroc.

Le 7 janvier 2019, une poignée de militaires tente un putsch, prenant possession de la radio nationale et appelant sans succès la population à se soulever. Le commando est arrêté.


>>>LIRE AUSSI: Gabon: Ali Bongo va accélérer les réformes "jusqu'au bout" de sa mission

Une semaines plus tard, Ali Bongo, toujours au Maroc, se rend pour 48 heures à Libreville pour assister à la prestation de serment d'un nouveau gouvernement.

Le président Ali Bongo rentre au pays définitivement début mars. 

Une partie de l'opposition et de la société civile décide de saisir la justice pour exiger une expertise médicale afin de juger si le chef de l'Etat est capable d'exercer ses fonctions, espérant ainsi l'organisation de nouvelles élections.

Entre-temps, plusieurs remaniements gouvernementaux et des changements au sein de l'appareil sécuritaire sont effectés.

Le 24 septembre, le chef de l'Etat, de retour d'un voyage à Londres où il subissait de nouveaux examens médicaux et poursuivait sa rééducation, préside la rentrée de la Cour constitutionnelle, avec près de huit mois de retard.

Deux semaines plus tard, le 5 octobre, il fait une apparition remarquée lors d'un meeting de son parti à Libreville, manifestement en meilleure forme, concluant un discours improvisé par cette promesse: "je suis là et je serai toujours là".
Le 17/10/2019 Par Le360 Afrique - Afp