Fermer

COP23: Alpha Condé appelle au respect des engagements sur le climat

Mise à jour le 17/11/2017 à 14h47 Publié le 17/11/2017 à 14h38 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Economie
Alpha Condé exige 3 sièges dont 2 permanents pour l'Afrique

Alpha Condé, président de l'Union africaine.

© Copyright : DR

#Guinée : A la journée africaine de la COP23, en marge de la conférence des chefs d'Etat, le président en exercice de l'Union africaine a de nouveau appelé les partenaires de l'Afrique au respect de leurs engagements.

Face au défi climatique qui s'impose à la planète, à chacun sa préoccupation. Pour l'Afrique, le problème est de faire respecter les engagements en vue de réparer les dégâts causés par le changement climatique dont elle est victime sans en être responsable.

Alpha Condé, le président en exercice de l'Union africaine et président de l'Initiative africaine pour le climat, a rappelé qu'en Afrique, "les menaces et les impacts du changement climatique sont plus prononcés que dans toute autre partie du monde, présentant un danger réel présent et futur pour les aspirations de développement du continent".
 
Malheureusement, a déploré Condé, les engagements des partenaires, notamment financiers, du continent, restent pour le moment circonscrits au papier. "La communauté internationale a pris des décisions très importantes lors de la COP21. Malheureusement, pour le moment, nous ne voyons pas d’application concrète. Je ne crois pas que nous ayons reçu un seul dollar des 100 milliards de francs par an", a-t-il déploré.

LIRE AUSSI: Cop22: une initiative africaine pour installer 300 GW à l’horizon 2023
Pour Alpha Condé, la mise en pratique des décisions reste le problème fondamental du continent. "Ce qui est fondamental dans cette COP23, c’est de mettre les actions sur la nécessité de mettre en pratique les décisions prises à Paris. C’est-à-dire le financement".
 
Si Alpha Condé ne veut pas lâcher prise, c'est parce qu'il estime que "le changement climatique, dont l’Afrique n’est pas responsable, entraîne la pauvreté et que la pauvreté entraîne l’immigration et le terrorisme." Donc, dira-t-il, "quels que soient les moyens que nous mettrons en œuvre au G5 Sahel, nous ne pourrons jamais vaincre le terrorisme si nous ne diminuons pas la pauvreté en Afrique. Il faut que chacun prenne ses responsabilités pour ne pas que les pays européens se débarrassent de nos enfants face à la montée de l'extrême droite, oubliant que l’Europe à contribuer à appauvrir l’Afrique."

Mercredi matin, à la tête d'un groupe de chefs d'Etat africains, Alpha Condé a rencontré le président allemand. Il rapporte qu'ils ont beaucoup insisté sur le respect des engagements, notamment ceux liés au financement des projets en vue de s'adapter au changement climatique.
En vue de parvenir au respect de ces engagements, Alpha Condé n'use pas que de la revendication. Il associe à celle-ci la séduction. Comme exprimé dans son discours à Bonn, il est convaincu que "les investissements dans les approches et technologies d’adaptation aux changements climatiques en Afrique constituent à la fois un idéal et des opportunités d’affaires".
Le 17/11/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou