Fermer

COP22: l’IAER, une initiative africaine pour installer 300 GW à l’horizon 2023

Mise à jour le 12/11/2016 à 15h28 Publié le 12/11/2016 à 12h24 Par Le360 Afrique - MAP

#Economie
énergies renouvelables
© Copyright : DR

#Maroc : L’Initiative de l’Afrique pour les énergies renouvelables (IAER) affiche ses ambitions. Elle prévoit d’accélérer et augmenter l’exploitation de l’énorme potentiel du continent en énergies renouvelables.

Le potentiel de développement des énergies renouvelables en Afrique est important. L’Initiative de l’Afrique pour les Energies Renouvelables (IAER) a pour objectif d’accélérer et augmenter l’exploitation de ce potentiel du continent.

Une rencontre a réunie, au sein du Pavillon Afrique, plusieurs experts venus du continent africain, de l’Union Européenne (UE) et du Système des Nations Unies (SNU), dans le cadre du COP22 pour débattre de l’exploitation de ce potentiel. L’objectif est d’installer, d’ici à 2020, au moins 10 GW de capacité nouvelle et additionnelle de production énergétique à partir de sources d’énergie renouvelable et 300 GW au moins d’ici 2030.


LIRE AUSSI :
COP22: OCP Africa accompagne les agriculteurs africains avec les «Maisons du Fermier»
Le Maroc reconnu leader en matière des énergies renouvelables en Afrique

Algérie: un plan énergies renouvelables pour une puissance de 4.000 MW


L’initiative est fondée sur le fait que toutes les sociétés, y compris celles d’Afrique, ont besoin d’une transition vers des systèmes énergétiques à bas ou zéro émission de carbone, afin d’éviter un changement climatique catastrophique. Elle renforce l’accès à l’énergie pour améliorer le bien-être humain et approvisionner en énergie les secteurs de l’agriculture, de la production alimentaire, de l’industrie et des services, en vue de renforcer les services sociaux et communautaires.

Lancée à l’occasion de la COP21 à Paris en décembre 2015, elle est mise en application par une unité indépendante de mise en œuvre, logée à la Banque africaine de développement (BAD) et dotée d’une structure de gouvernance officielle en formation sous la coordination du président de la République de Guinée, Pr Alpa Condé.

Les pays du groupe des G7, la Suède, les Pays-Bas, et l’UE se sont déjà engagés à y contribuer pour un montant de 10 milliards de dollars.

Le 12/11/2016 Par Le360 Afrique - MAP