Fermer

Guinée: Alpha Condé cherche 8 milliards de dollars pour le chemin de fer Conakry-Bamako

Mise à jour le 16/06/2017 à 10h48 Publié le 16/06/2017 à 10h12 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Economie
Chemin de fer
© Copyright : DR

#Guinée : En quête de bailleurs pour son projet de chemin de fer Conakry-Bamako, Alpha Condé tente de convaincre les Occidentaux. A condition d'attirer des fonds, le projet pourrait s'élargir au Burkina Faso, au Niger voire au Togo, formant ainsi la boucle souhaitée par Condé.

«Lorsqu’on a un projet comme ça, il n’y a aucune société allemande ou occidentale qui se présente. Après, on nous dit : "vous donnez tout aux Chinois". Or, nous avons aussi besoin de développer notre pays. Si nous voulons un chemin de fer, on le fait avec ceux qui viennent», a expliqué Alpha Condé à un groupe d'hommes d'affaires allemands en marge d'un sommet du G20.

Pour mieux vendre son projet, Alpha Condé n'a pas manqué de signaler: c'est «un investissement intéressant parce qu'il est rentable». Si ce chemin de fer est réalisé, il sera utile à la Guinée, au Mali et aux autres pays, estime-t-il.


LIRE AUSSI : Guinée. Transport: vers la relance de l'incontournable Conakry Express


La réalisation de ce chemin de fer va permettre de désenclaver plusieurs localités et faciliter aussi le transport des personnes et des biens. 

En octobre 2016, Alpha Condé avait déjà rencontré Powerchina, une compagnie spécialisée dans la construction de barrages hydroélectriques et d’infrastructures ferroviaires. A l'époque, le projet ne visait qu'un chemin de fer entre Conakry et Bamako. Deux ans auparavant, le Mali avait conclu un partenariat avec Pékin sur le même projet d'une longueur de 900 km et d'un coût estimé à près de 8 milliards de dollars. Mais depuis, peu d'informations filtrent sur ledit projet.
Le 16/06/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

à lire aussi