Fermer

Guinée: le ministre des Mines en Chine pour parler de Simandou avec Chinalco

Mise à jour le 12/08/2017 à 13h21 Publié le 12/08/2017 à 13h18 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Economie
Simandou

Sous ces montagnes dorment le plus grand gisement de fer au monde non encore exploité.

© Copyright : DR

#Guinée : Abandonnée par le Brésilien Rio-Tinto, la Guinée espère trouver le partenaire idéal en Chine pour la mise en oeuvre du gigantesque projet minier Simandou. Alpha Condé y était en novembre 2016, son ministre des Mines s'y trouve présentement.

Le passage d'Alpha Condé en Chine, en novembre 2016, avait permis la signature d'un protocole d'accord octroyant à la chinoise Chinalco la totalité des parts de Rio-Tinto dans le Simandou sud ( Blocs 3 et 4 ).

Pour sa part, le ministre des Mines Abdoulaye Magassouba, à la tête d'une délégation guinéenne, a rencontré jeudi  le PDG du groupe étatique chinois qui a récemment demandé la totalité du gisement de fer ( Blocs 1, 2, 3 et 4 du Simandou).


LIRE AUSSI: Guinée - Mines : la chinoise Chinalco veut l'entièreté de Simandou

La Guinée qui s'était montrée réticente sur cette demande des Chinois, va-t-elle enfin accepter ces conditions? En tout cas, sur cette demande, Kassory Fofana, conseiller d'Alpha Condé sur les investigations et les partenariats publics-privés, avait déclaré : "l'intérêt de la Guinée est de faire avancer rapidement ce dossier. Nous ne sommes pas sûrs que le but de Chinalco soit conforme à cet objectif, j'ai des indications qu'ils ne commenceront pas avant 2025. Cela ne serait pas acceptable."

En voulant récupérer les quatre blocs de Simandou, Chinalco poursuivrait sa stratégie de préservation des ressources pour la vaste économie chinoise. Au ministère des Mines à Conakry, on indique que le ministre Magassouba va encore discuter de la mise en oeuvre du projet avec le groupe chinois.

Le délégué d'Alpha Condé et le groupe chinois vont aussi parler d'autres projets industriels conclut lors du passage du président guinéen en Chine.
Le 12/08/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou