Fermer

Guinée: une "Task force interministérielle" pour mieux contrôler les recettes minières

Publié le 17/08/2017 à 18h28 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Economie
task force mines et revenu
© Copyright : DR

#Guinée : Les ministères des Mines, des Finances et du Budget ont présenté mercredi la "Task force interministérielle mines et revenus". Celle-ci vise à coordonner les actions des différents départements pour un meilleur suivi des recettes minières qui représentent une bonne part des ressources de l'Etat.

Outre les trois départements ministériels, la "Task force interministérielle mines et revenus" regroupe 18 autres structures étatiques dont la Brigade anticorruption et la direction nationale des impôts.

La Banque africaine de développement (BAD), la Banque mondiale, le FMI, la GIZ, l’ONG NRGI (Natural ressource gouvernance institute)et l’Union européenne qui travaillent tous sur la sécurisation des revenus du secteur extractif en Guinée, en sont également des membres observateurs.
 
"Cette plateforme de gestion des revenus miniers vise à améliorer considérablement la coordination efficace et un échange d’informations entre les ministères des Mines et de la géologie, de l’Economie et des finances et du Budget pour un meilleur suivi des recettes issues des industries extractives afin de mobiliser, accroître et sécuriser les recettes de l’Etat", a expliqué le ministre des Mines et de la géologie, Abdoulaye Magassouba, lors du lancement de cette plateforme.


LIRE AUSSI : Guinée: Rio Tinto promet de coopérer dans l'enquête pour corruption présumée


Abdoulaye Magassouba a déploré qu'il n'y ait pas eu jusqu'ici suffisamment de collaboration entre les différentes institutions nationales impliquées dans la détermination et le recouvrement des revenus du secteur minier.

Ce manque de collaboration provoque souvent une asymétrie d’informations entre les administrations nationales et les multinationales du secteur minier. Le minstre des Mines espère donc que la plateforme va aider à éviter l’incohérence et les contradictions dans la mobilisation et la sécurisation des recettes fiscales devant servir de moyens financiers pour réaliser des projets d’investissements dans le pays.

Maladho Kaba, ministre de l’Economie et des finances, est déjà rassurée que "cette plateforme va permettre aux trois ministères de renforcer leur collaboration et de pouvoir partager les données de manière plus efficace".


LIRE AUSSI : Guinée: le ministre des Mines en Chine pour parler de Simandou avec Chinalco


Pour elle, ce projet va également permettre de générer une sécurisation et une mobilisation accrue des recettes fiscales. "Je crois que c’est ce qui va nous permettre, dans nos administrations, de pouvoir travailler plus vite, plus efficacement et dans la transparence", a-t-elle dit.

Des serveurs de centralisation des données collectées pourront être installés dans chacun des trois départements ministériels. Il n'est pas aussi exclu que ces serveurs soient synchronisés. Pour l'instant, c'est celui du ministère des Mines et de la géologie qui est installé. «Cela va permettre d’avoir en temps réel une vision claire des données sur les revenus miniers en Guinée», estime le partenaire Stephane Genimet, Senior Revenue spécialist de la Fondation Revenue développement.

Récemment classée parmi les mauvais élèves en matière de gouvernance des ressources naturelles par l’ONG NRGI, la Guinée a démenti le rapport de cette ONG. Avec la plateforme, le pays entend aussi prouver qu'elle entreprend davantage pour la transparence dans la gestion des revenus miniers.

Le 17/08/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou