Fermer

Guinée: les détails du prêt de plus de 20 milliards de dollars de la Chine

Mise à jour le 19/09/2017 à 13h23 Publié le 19/09/2017 à 13h02 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Economie
Alpha Condé
© Copyright : DR

#Guinée : Alpha Condé et ses ministres ont fourni des détails sur l'accord de prêt de plus de 20 milliards de dollars signé entre la Guinée et la Chine le 5 septembre dernier. Il ne s'agit pas d'un troc, a indiqué le président guinéen, répondant ainsi aux critiques.

«Nous n’avons pas hypothéqué nos mines, parce que je n’ai jamais accepté le troc argent contre mines. En aucun cas je  ne permettrais que les ressources minières de la Guinée soient bazardées, mais je n’accepterais pas non plus que les ressources restent sous la terre», a déclaré Alpha Condé, le président de la Guinée.

En s'exprimant ainsi, le président a certainement voulu répondre à ses compatriotes qui pensent qu'il a bazardé l'énorme ressource minière de la Guinée contre 20 milliards de dollars de la Chine.

Le président guinéen a indiqué que chaque année, une enveloppe d'un milliard de dollars de ce montant sera disponible pour des projets d’infrastructure.


LIRE AUSSI : Vidéo. Guinée. Sommet des Brics: Alpha Condé décroche 20 milliards de dollars de financement


Le ministre d'Etat chargé des Investissements et des partenariats et négociateur en chef (côté guinéen) de cet accord a aussi indiqué que la première tranche du fonds, estimée à 1,3 milliard de dollars, va être consacrée à la réalisation de quelques infrastructures stratégiques. Entre autres, il s'agira de réhabiliter 330 km de routes nationales pour environ 400 millions de dollars, procéder à l'extension de l'Université de Sonfonia (Conakry) en vue d'accroitre sa capacité d'accueil et de réaliser l'extension du port de Conakry pour un coût avoisinant les 700 millions dollars.

En plus, 220 millions de dollars de cette première tranche vont être investis dans la réhabilitation de 200 km de routes à Conakry, ainsi que dans la construction de la ligne d'interconnexion électrique entre Linsan et le barrage Fomi. Selon Fofana, la construction de cette ligne, ajoutée à la réalisation du barrage Souapiti et d'autres réformes dans le secteur énergétique permettront à la Guinée d'engranger environ 200 millions de dollars de revenus supplémentaires par an, grâce à la vente de l'électricité à ses voisins.

Le gouvernement Condé mise donc sur cet accord pour booster l'économie guinéenne et atteindre une croissance à deux chiffres à l'horizon 2020.


LIRE AUSSI : Guinée: le ministre des Mines en Chine pour parler de Simandou avec Chinalco


Plus insistant, Alpha Condé a précisé que cet accord ne donne pas l'exclusivité des mines guinéennes aux Chinois. "La Guinée est ouverte à tous les pays", a dit le président guinéen qui a rappelé que le secteur minier guinéen connait la présence de plusieurs compagnies étrangères, notamment américaines, russes, émiraties, indiennes, britanniques et chinoises. 

Ibrahima Kassory Fofana a indiqué que trois gisements de bauxite appartenant à des entreprises chinoises rentrent dans l'accord des 20 milliards de dollars. Il s'agit du projet d’exploitation des blocs de Boffa Sud et Boffa Nord par Chalco, au nord-ouest de la Guinée, du projet bauxite-alumine de CDM Henan Chine et du projet bauxite-alumine de SPIC, deux autres projets situés dans la région côtière de la Guinée. Il a estimé à 6 milliards de tonnes de bauxite la quantité de minerais que renferment ces trois gisements...

Reste alors l'énigme Simandou (mine de fer), le plus important projet d'investissement au niveau du continent africain qui tarde à se matérialiser et qui n'est pas concerné par cet accord de prêt de 20 milliards de dollars.

Bref, avec cet accord, le gouvernement guinéen se félicite d'un programme de financement unique et d'une opportunité pour le pays. 

Le 19/09/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou