Fermer

Guinée-Mines: contre l'israélien Beny Steinnmez, l'Etat guinéen perd une bataille mais pas "la guerre"

Mise à jour le 16/12/2017 à 16h16 Publié le 16/12/2017 à 16h13 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Economie
Condé-Bény

Beny Steinnmez, homme d'affaires israélien, et Alpha Condé, président de la Guinée.

© Copyright : DR

#Guinée : Malgré la perte d’un procès contre deux employés guinéens de BSGR (Beny Steinmetz Group Ressources), la Guinée n'entend pas cependant baisser les bras contre la société du «roi du diamant». Le gouvernement guinéen infirme, par la même occasion, les allégations de la presse israélienne.

Citant une source anonyme proche d'Alpha Condé, le quotidien économique israélien Calcalist a indiqué que le gouvernement guinéen s'apprête à abandonner les poursuites pour corruption contre l'homme d'affaires franco-israélien Beny Steinmetz et permettre à sa compagnie BSG Resources Ltd. de redémarrer ses activités dans le pays.

Le journal a ajouté que le gouvernement guinéen a entamé des négociations de règlement du conflit avec BSGR pour répondre aux exigences du prêt de 20 milliards de dollars que la Chine pourrait lui accorder en échange de concessions minières. En effet, en septembre dernier, la Chine et la Guinée ont signé un accord-cadre prévoyant l'octroi de ressources minières guinéennes à des sociétés chinoises contre le financement d'infrastructures, à hauteur de 20 milliards de dollars.


LIRE AUSSI: Guinée. Simandou: l'État perd son procès contre les employés de Beny Steinmetz


L'article du quotidien israélien est publié au moment où deux employés guinéens de BSG Resources Ltd. réclament 183 millions Francs CFA à l'Etat guinéen qu'ils ont réussi à faire condamner par la Cour de justice de la CEDEAO, dans l'une des nombreuses procédures liées au contentieux avec BSGR.

Toutefois, face à ces allégations, le gouvernement a démenti un journal israélien qui a indiqué que la Guinée s'apprêterait à abandonner sa poursuite contre les dirigeants de BSGR et parle d'allégation. "Bien au contraire, notre pays entend pleinement poursuivre sa collaboration dans les investigations menées par la justice internationale dans le but de faire toute la lumière et d’obtenir réparation dans ce dossier", indique le communiqué du gouvernement.


LIRE AUSSI: Guinée-Israël: le milliardaire Beny Steinmetz libéré mais ses passeports confisqués


La Guinée en a profité pour rappeler que depuis le début l'enquête contre la BSGR, plusieurs «acteurs de premier plan ont d’ores et déjà fait l’objet d’interpellation et d’autres mis en résidence surveillée par le FBI». Dans cette lancée, le gouvernement, à travers le ministère de la Justice, se réserve le droit de prendre toutes les dispositions nécessaires afin de sauvegarder l’intérêt du pays.

Pour rappel, c'est à la fin 2009 que BSGR a obtenu le droit sur les blocs 1 et 2 de Simandou, au sud-est de la Guinée, peu avant la mort de Lansana Conté. Après la transition dirigée par Moussa Dadis Camara et Sékouba Konaté,  Alpha Condé a été élu à la fin 2010 à la faveur de la première élection démocratique du pays. Celui-ci a engagé en 2011 une révision des contrats miniers et accusé  BSGR de Beny Steinmetz d’avoir corrompu les membres de l’ancien régime pour bénéficier des contrats miniers. Depuis, la guerre est lancée entre les deux parties.

Le 16/12/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou