Fermer

Guinée. CENI: un président par intérim en attendant le verdict de la Cour constitutionnelle

Publié le 08/08/2017 à 14h26 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Politique
élection présidentielle
© Copyright : DR

#Guinée : Alors que Me Salif Kébé devait prendre ses fonctions lundi 7 août, il lui a été demandé d'attendre l'arrêt de la Cour constitutionnelle sur la crise que traverse la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Un président par intérim a été désigné.

La Cour constitutionnelle, en son audience plénière non publique du 7 août 2017, a ordonné la suspension de toute passation de service jusqu'à ce qu'elle statue sur la requête du président déchu, Bakary Fofana, qui avait demandé la suspension de toute activité de l'instance en charge de l'organisation des élections en Guinée.

Rappelons que le président contesté de la CENI, Bakary Fofana, avait saisi la Cour constitutionnelle pour l'irrégularité de sa destitution intervenue au début du mois de juillet et son remplacement par Me Saklif Kébé. Une situation qui avait entraîné un bicéphalisme à la tête de cette importante institution. 

C'est Me Salif Kébé, lui-même, qui a lu devant l'assistance la correspondance de la Cour constitutionnelle suspendant la passation de service. Bakary Fofana, lui, n'était pas présent. Dans un communiqué transmis à la presse dimanche, le président contesté a dénoncé la cérémonie de ce lundi. "En effet, l'affaire relative à la crise au sein de la CENI étant officiellement pendante devant la Cour constitutionnelle le 31 juillet 2017, ceci entraînant un effet suspensif de toute action, le président ne peut que rejeter une telle activité, sous peine de contrevenir à la loi et au respect dû à la haute juridiction", a écrit Bakary Fofana.


LIRE AUSSI : Guinée: fin du bicéphalisme à la CENI. Le nouveau président réitère son appel au travail



Du coup, un nouveau président par intérim a été nommé en la personne du commissaire Kader Aziz Camara. Le nouveau président s'est aussitôt exprimé en indiquant qu'il allait assumer cette fonction avec pour priorité de rassembler les commissaires de la CENI afin d'établir un chronogramme des élections locales. "Je pense que cette fonction, je vais l'assumer jusqu'à ce que la Cour constitutionnelle étudie le fond du dossier...  Je suis prêt à assumer cette responsabilité", a-t-il déclaré aussitôt après sa nomination.

Le président par intérim est à la tête d'un comité transitoire composé de deux vice-présidents.

 
Le 08/08/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou