Fermer

Kenya: la réaction très mesurée du président de l'Union africaine Alpha Condé

Mise à jour le 06/09/2017 à 13h33 Publié le 06/09/2017 à 13h30 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Politique
Alpha condé rappelle à ses pairs les règles de la ponctualité
© Copyright : DR

#Guinée : L'Union africaine (UA) a pris son temps pour réagir à la situation politique inédite au Kenya. Lundi, par la voix de son président, elle a fini par prendre acte de l'invalidation du scrutin du 8 août et s'est félicitée du climat de paix régnant dans le pays.

C'est une réaction plutôt prudente que l'Union africaine a eue lundi à propos de la situation politique au Kenya. Une façon de rester dans le juste milieu et de ne pas se mettre à dos l'un des deux camps. Après avoir "pris acte de la décision de la Cour suprême du Kenya d’invalider le scrutin du mardi 8 août 2017, et d’appeler à d’autres élections générales qui devront se tenir sous 60 jours", le communiqué du président en exercice de l'UA, le Guinéen Alpha Condé s'est plutôt focalisé sur le comportement des acteurs politiques kenyans.

"L’Union africaine se félicite que son appel à l’apaisement dès la veille des élections du 8 août ait été entendu et apprécie l’esprit de maturité et de responsabilité de tous les acteurs du processus qui ont préféré les voies légales à la violence", a-t-il déclaré. Et d'ajouter: "c’est un comportement qui honore l’Afrique et prouve que désormais la démocratie s’installe sur le continent".


LIRE AUSSI : Kenya: la nouvelle élection présidentielle fixée le 17 octobre


En effet, contrairement à ce que beaucoup d'acteurs et observateurs de la politique africaine ont cru, cette dernière phrase d'Alpha Condé ne concernait pas la justice kenyane, mais l'ensemble des acteurs politiques.  Ainsi, Raila Odinga et Uhuru Kenyatta se retrouveront-ils dans ce communiqué sans que l'un se sente soutenu au détriment de l'autre.

Alpha Condé achève d'ailleurs son communiqué en appelant de nouveau le peuple kényan et les acteurs politiques à la retenue et au sens de la responsabilité dans l’organisation du prochain scrutin. L'essentiel pour l'Union africaine étant la paix et la quiétude des citoyens. Autrement dit, peu importe la décision que rendra le juge David Maraga concernant le résultat du prochain scrutin. Pourvu que la paix et la quiétude des citoyens soient préservées. 

LIRE AUSSI : Kenya: David Maraga, ce juge qui a annulé la réélection du président Kenyatta


Sauf qu'en Guinée, comme un peu partout sur le continent, l'admiration portée à David Maraga place au second plan la préservation de la paix et de la quiétude. On salue l'homme de loi pour le courage dont il a fait preuve en annulant l'élection contestée d'un président sortant.


Beaucoup de Guinéens espèrent d'ailleurs que l'exemple du juge kényan va revigorer le président de la Cour constitutionnelle de Guinée, Kèlèfa Sall, qui a déjà manifesté une certaine opposition à un éventuel troisième mandat d'Alpha Condé.
Le 06/09/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou