Fermer

Guinée: le président Condé gère désormais le département de l'agriculture

Publié le 17/09/2017 à 10h00 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Politique
alpha condé

#Guinée : Ayant fait du développement agricole une priorité pour le développement économique de la Guinée, Alpha Condé vient de prendre le contrôle du département de l'agriculture en limogeant la ministre et en rattachant le département à la présidence de la République.

Le limogeage de Jacqueline Sultant à la tête du ministère de l'Agriculture a moins surpris, les relations étant tendues ses derniers temps entre Alpha Condé et sa ministre. Ce limogeage a d'ailleurs été brutal, comme pour confirmer qu'Alpha Condé n'en pouvait plus avec sa ministre.

Madame Sultant a été limogée alors qu’elle était en tournée d'évaluation dans la région de la Moyenne Guinée, au nord du pays.

Quand elle a appris l'acte de son limogeage, la ministre a abrégé son voyage à l'intérieur du pays pour regagner Conakry ce vendredi 15 septembre.

Ce qui était plutôt inattendu, c'est le fait de rattacher le département en charge de l'agriculture à la présidence de la république. Et en attendant de trouver le remplaçant de Sultant pour diriger ce département, Alpha Condé a choisi de confier l'intérim au secrétaire général à la Présidence, Kiridi Bangoura.


LIRE AUSSI : Vidéo. Le discours des 4 vérités de Alpha Condé sur la Françafrique, le Maroc, la coopération...


En effet, le président guinéen, quoiqu'étant à la tête d'un des pays africains les plus riches en ressources minières, ne croit plus aux mines pour le développement de son pays. C'est du moins ce qu'il affirme régulièrement. "Les mines ne peuvent pas être le levier de notre développement", a-t-il corrigé le thème d'un symposium minier tenu en mai dernier à Conakry et qui était intitulé: «Le secteur minier: levier de transformation de l'économie nationale au profit de tous les acteurs».

Toutefois, le président guinéen veut se servir des mines pour financer l'agriculture, ce qui devrait se passer "par plus de transparence dans le secteur des industries extractives mais aussi la transformation locale des ressources tirées du sol guinéen".


LIRE AUSSI : Des experts ivoiriens pour dynamiser l'agriculture industrielle guinéenne


D'ailleurs, en décembre 2016, Alpha Condé soulignait à ses compatriotes que "l'agriculture peut rapporter à la Guinée plus que les mines". Avec cette croyance dans l'agriculture, le président guinéen a donc investi ces dernières années dans les cultures de rente, mais aussi dans l'engrais pour les cultures vivrières". Nous ne voulons plus importer du riz, parce que ça nous coûte très cher en devises", indiquait-il, en juillet dernier,  à la diaspora guinéenne en Allemagne.

Pour ce qui est de l'agriculture de rente, Alpha Condé s'est engagé à donner une place de choix aux cultures de l'anacarde, du café, du cacao, de la pomme de terre, de l'ananas, du palmier à huile... Son ambition: concurrencer les grands producteurs de la sous-région.

Sauf qu'aucun des trois ministres choisis par Alpha Condé pour diriger ce secteur n'a jamais répondu à ses attentes.

Le 17/09/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou