Fermer

Guinée: Alpha Condé procède à un remaniement ministériel limité

Mise à jour le 20/01/2021 à 11h33 Publié le 20/01/2021 à 11h33 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Alpha Condé

Alpha Condé, candidat pur un 3e mandat présidentielle à la tête de la Guinée.

© Copyright : DR

#Guinée : Le président guinéen Alpha Condé a promu un proche collaborateur, Ibrahima Kalil Kaba, au poste de ministre des Affaires étrangères, l'un des rares changements d'un remaniement gouvernemental partiellement communiqué mardi soir.

Condé, récemment réélu à 82 ans pour un troisième mandat controversé, a nommé par décret lu à la télévision publique 16 ministres d'un gouvernement qui doit en comporter à terme 36, ainsi qu'un secrétaire d'Etat.

Les titulaires des postes demeurent quasiment tous inchangés, à commencer par les gros portefeuilles de la Défense, de l'Administration du territoire, de la Sécurité ou des Finances.

Très rare exception, Condé a placé Ibrahima Kalil Kaba, son directeur de cabinet depuis 2016, à la tête de la diplomatie. Ibrahima Kalil Kaba est docteur en mathématiques. Il a étudié et enseigné aux Etats-Unis.

Son prédécesseur aux Affaires étrangères, Mamadi Touré, est nommé ministre conseiller à la présidence.


LIRE AUSSI: Guinée: Condé a prêté serment pour un 3e mandat et exhorte les Guinéens à "oublier le passé"


La télévision publique n'a pas précisé quand serait nommé le reste du gouvernement.

Le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana a présenté la démission de son gouvernement la semaine passée. Lui-même a été aussitôt reconduit.

Le remaniement s'inscrit dans la continuité des législatives du 22 mars 2020, et de la présidentielle du 18 octobre, deux élections qui se sont tenues dans un climat de vive contestation mais ont conforté l'emprise de Condé sur le pouvoir.


LIRE AUSSI: Guinée: deux opposants au président Condé condamnés à un an de prison


La Guinée, pays pauvre malgré d'importantes ressources naturelles, a été pendant des mois en proie à une profonde crise causée par la candidature de Condé à un troisième mandat. La contestation, plusieurs fois durement réprimée, a fait des dizaines de morts depuis octobre 2019. Condé a été proclamé vainqueur au premier tour de la présidentielle par la Cour constitutionnelle, malgré les mises en doute de la régularité du vote.
Le 20/01/2021 Par Le360 Afrique - Afp