Fermer

Guinée: première réunion autour de la CAN controversée de 2023

Mise à jour le 19/05/2017 à 12h03 Publié le 19/05/2017 à 09h32 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Sports
Les membres du COCAN

#Guinée : Le Comité d'organisation de la CAN 2023 (Cocan 2023) en Guinée a tenu sa toute première réunion jeudi 18 mars. Les membres du COCAN veulent se mettre vite à la tâche.

Au départ, il s'agissait d'une réunion de prise de contact entre les membres du Comité de pilotage et ceux des 13 commissions. Les tâches de chacune des 13 commissions seront donc fixées à la prochaine rencontre. D'ici là, le richissime Antonio Souaré, président du Comité d'organisation, a signifié à tous l'urgence de se mettre au travail dès maintenant.

Toutefois, si Antonio Souaré avance que sa seule préoccupation reste une organisation réussie de la CAN 2023, il n'en demere pas moins que les craintes suscitées par la menace deretrait de la CAN à la Guinée au profit d'un pays d'Afrique australe incite à plus de vigilance. D'ailleurs, Souaré a expliqué que Phillip Chiyangwa, président du Conseil des associations de football en Afrique australe (COSAFA) a tenté de susciter une discution sur le sujet mais qu'il s'y est opposé catégoriquement. 


LIRE AUSSI : Foot: Après la chute de Hayatou, l'Afrique australe veut arracher à la Guinée sa CAN 2023


Le président du COCAN reconnait tout de même en avoir discuter avec d'autres personnalités du football d'Afrique australe auxquelles il a rappelé le rôle majeur joué par la Guinée dans leu lutte pour l'indépendence et contre l'apartheid. «La Guinée a été une aide importante pour l'indépendance de la plupart de ces pays d'Afrique australe. On leur accordait des passeports et des visas, ils ne peuvent pas alors se lever aujourd'hui contre nous...», estime-t-il.

La Guinée tient beaucoup à organiser en 2023 sa première CAN qui lui a été attribuée en 2015 dans des conditions jugées douteuses par certains acteurs du football africain. Mais la controverse s'est surtout accentuée avec l'arrivée à la tête de la CAF du malgache Ahmad Ahmad. Depuis, Phillip Chiyangwa, président du Conseil des associations de football en Afrique australe (COSAFA) remet ouvertement en cause l'attribution des CAN 2019, 2021 et 2023.


LIRE AUSSI : Cameroun. CAN 2019: les travaux de construction des stades piétinent


C'est la Guinée qui peut surtout s'inquiéter pour sa CAN puisqu'il semble trop tard de revenir sur les CAN 2019 et 2021 prévus respectivement au Cameroun et en Côte d'Ivoire. Mais aussi, la désignation de la Guinée semble être plus discutable au vu des statuts et règlements de la CAF.

Reste qu'au delà, la Guinée doit aussi faire face au défi des infrastructures (infrastructures routières, aéroportuaires, sportives...), Antonio Souaré dit avoir déjà pris contact avec des partenaires locaux et étrangers. Il reconnait que «ce ne sera pas facile, mais la réalisation de ces infrastructures sera utile pour notre pays... L'organisation d'une CAN permet à un pays de se développer». Une manière pour le président du COCAN de motiver ses collaborateurs.

 
Le 19/05/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou