Fermer

Mali: Antonio Guterres «à jeûn» pour la Journée des Casques bleus

Mise à jour le 25/05/2018 à 15h38 Publié le 25/05/2018 à 15h24 Par Kofi Gabriel

#Politique
Guterres

Antonio Guterres, Secrétaire général de l'ONU.

© Copyright : DR

#Mali : Le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU) sera mardi 29 mai 2018 au Mali pour assister à la Journée du Casque bleu et rendre hommage aux hommes tombés au combat. Pour cette visite, en solidarité avec les musulmans, Guterres va jeûner.

Antonio Guterres sera au Mali le mardi 29 mai courant. Pour cette visite qui intervient en plein mois de ramadan, le secrétaire général de l’ONU, en guise de solidarité avec les musulmans du Mali, va jeûner.

Pour cette visite, Guterres sera accompagné de ses secrétaires généraux adjoints en charge du Soutien logistique et des Opérations de paix, respectivement Atul Khare et Jean-Pierre Lacroix. Henrietta For, directrice de l’UNICEF sera également de la délégation.


LIRE AUSSI: RÉTRO 2017, une année d'horreur pour les Casques bleus


Lors de cette visite, le secrétaire général de l’ONU va assister à une cérémonie en mémoire des Casques bleus tués au Mali. Il faut souligner que la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) est l’opération onusienne ayant subi le pus grand nombre de pertes en vies humaines.

Déployée au Mali en juillet 2013, la MINUSMA, qui compte environ 12.500 militaires et policiers, a perdu plus de 160 Casques bleus. Rien qu’en 2017, 21 Casques bleus et 7 civils de la Mission ont été tués. 


LIRE AUSSI: Centrafrique-ONU: Guterres au coeur du chaos à Bangassou


Lors de cette visite, le secrétaire général de l’ONU rencontrera le président Ibrahim Boubacar Keita, candidat à sa réélection, le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga et d’autres personnalités politiques et de la société civile malienne.

Cette visite intervient à un moment crucial pour le Mali qui prépare une élection présidentielle cruciale en juillet prochain. Elle intervient également après le refus des Etats-Unis d’accorder à la Force G5 Sahel «un mandat renforcé». Cette force bénéficie actuellement d’un soutien logistique fourni par les Casques bleus déployés au Mali qui reste trop limité.



Le 25/05/2018 Par Kofi Gabriel

à lire aussi