Fermer

Vidéo. Mali: la politique nationale de lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme analysée

Mise à jour le 21/10/2018 à 14h49 Publié le 21/10/2018 à 13h48 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Politique
Mali: dissémination de la politique de lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme
© Copyright : DR

#Mali : Bamako, la capitale malienne, a abrité un atelier sur la dissémination de la politique nationale de lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme. L’objectif est d’accompagner les pouvoirs publics maliens confrontés, depuis 2012, à des crises et violences multiformes.

Bamako a abrité un atelier sur la dissémination de la politique nationale de lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme.

L’objectif de cette rencontre a été d’accompagner le gouvernement du Mali dans la mise en œuvre de la politique nationale de lutte contre l’extrémisme.

En effet, depuis 2012, le Mali est entré dans une profonde crise multidimensionnelle, qui a fini par affecter l’ensemble des secteurs de la vie nationale avec des conséquences directes sur les pays voisins.


Plusieurs cas de violation des droits de l’homme, allant de l’obstruction des libertés à des cas de lapidations en passant par des mutilations et des viols, furent l’objet de dénonciations durant la période sombre de l’occupation d’une grande partie du territoire par des jihadistes.

Pour circonscrire le phénomène, qui a eu lieu de 2014 à 2015, les groupes armés et le gouvernement du Mali ont entamé un long processus de négociations sous la médiation de l’Algérie et en présence de la communauté internationale.


LIRE AUSSI: Mali. Lutte contre le terrorisme et l’extrémisme: le Mali met en œuvre son plan d'action


Ce processus a abouti, les 15 mai et 20 juin 2015, à la signature d’un accord historique, "l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali" issu du processus d’Alger. Depuis lors, le Mali est pleinement entré dans la phase de mise en œuvre du cet accord qu’il jumelle avec celle de la réforme du secteur de la sécurité.

Malgré les avancées remarquables enregistrées au titre de la mise en œuvre de ces deux grands projets, qui tracent la voie au Mali de demain, les grandes questions de sécurité et de stabilité du pays restent posées. Cette rencontre a donc tenté de baliser quelques nouvelles pistes de lutte contre les violences et l’extrémisme.
Le 21/10/2018 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté