Fermer

Sahel: Tabital Pulaaku dénonce "un génocide" contre les Peuls

Mise à jour le 06/01/2019 à 13h34 Publié le 06/01/2019 à 13h29 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Tabital Pulaaku dénonce un génocide
© Copyright : DR

#Mali : L'association Tabital Pulaaku Internationale (TPI), organisation dédiée à la promotion de la culture peule, dénonce les massacres de Peuls au Mali, qualifiés de "génocide" dans un document publié ce week-end.


Tabital Pulaaku Internationale (TPI), organisation dédiée à la promotion  de la culture peule, exprime une profonde indignation face aux massacres des Peuls dans le centre du  Mali, qualifiés de «génocide», et pointe du doigt la responsabilité des autorités de Bamako, à travers une déclaration rendue publique samedi.

A travers  le chapelet de comptabilité macabre qui s’égrène dans ce pays, le dernier «haut fait de guerre» est servi à l’opinion africaine et internationale sous la forme d’un  massacre perpétré dans le village de  Koulogon Peul (région de Mopti).


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Mali: réaction de Tabital Pulaaku suite au dernier massacre de peuls

Un acte de barbarie enregistré au cours  de la nuit du 1er au 2 janvier 2019, qui a fait 37 victimes parmi lesquelles notamment des femmes et des enfants. Au même moment, «des exactions ont été commises dans les villages de la commune de Dialassougou, notamment Sangara, Tireh, Doukoro et Kourkanda», rapportent plusieurs sources concordantes citées par la presse locale et internationale.
 
Ces actes sont généralement attribués à des milices «d’autodéfense» constituées par des chasseurs dogons et issus d’autres ethnies, sous le regard complice des autorités sécuritaires, voire politiques. La déclaration de TPI insiste sur «le caractère génocidaire de ces faits, commis sous le fallacieux prétexte que les Peuls de cette zone seraient des djihadistes. Des crimes qui montrent, au grand jour, que la véritable raison de ces violences, commanditées au plus haut niveau, se trouve ailleurs. En instrumentalisant la milice communautaire dogon, Dan Nan Ambassougou, l’objectif est tout simplement de nettoyer la zone de tous ses habitants peuls.


>>>LIRE AUSSI: Mali: 37 morts dans l'attaque d'un village peul dans le centre du pays

Si tel n’était pas l’objectif non  avoué, comment interpréter alors les massacres aveugles contre de paisibles populations civiles, la destruction de leurs villages, et l’extermination massive par armes de leurs bétails à plusieurs endroits des cercles de Koro, Bankass, Bandiagara et ailleurs? Pire, comment peut-on, comprendre que tous ces massacres, se produisent à un rythme presque quotidien, sans que l’armée ou le gouvernement  maliens, les forces internationales  présentes sur le terrain, notamment Barkhane, n’interviennent pour protéger les populations civiles», peut-on-lire sur le document de l’association.

Les faits dénoncés par TPI au centre du Mali sont récurrents depuis 2012. Mais l’organisation semble désormais redouter un effet domino dans les pays voisins «car le Burkina Faso vient de connaître également des affrontements communautaires à plusieurs endroits».

Au-delà du Mali et du Faso, le document déplore également la situation vécue par la communauté peule dans certains pays  d’Afrique de l’Ouest et le bassin du lac Tchad, tout en insistant sur le caractère particulièrement grave du cas du Mali.


>>>LIRE AUSSI: Mali: un nouveau massacre de Peuls

Dans  ce pays, confronté à un processus de délitement avancé de l’Etat de droit, sinon de l’Etat tout simplement, il  y a des observations légitimes et  troublantes formulées par de nombreux observateurs. Les forces de l’ordre et leurs milices alliées savent parfaitement où se cachent les véritables terroristes. Pourquoi s’en prennent-elles  alors à des femmes et des enfants issus de l’ethnie peule?

Parmi les terroristes, il y a certes des Peuls, mais aussi des Touaregs, des Maures, des Bambaras… Pourquoi  une seule composante est-elle visée par les représailles perpétrées sous forme de crimes de masse notées depuis 2012?
Le crime de génocide est défini comme «l’extermination systématique d’un groupe humain  de même race, langue, nationalité ou religion par racisme, ou par folie». L’exécution de cette infraction, la pire de toutes celles-ci définies par la législation pénale internationale, suppose l’existence d’un plan préalable  concerté.
Le 06/01/2019 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya