Fermer

Vidéo. Mali: la junte militaire et l’opposition en symbiose

Mise à jour le 22/08/2020 à 13h44 Publié le 22/08/2020 à 13h14 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Politique
Vidéo. Mali: la junte militaire et l’opposition en symbiose
© Copyright : DR

#Mali : Le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) et le Mouvement du 5 juin, Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) ont organisé un meeting à Bamako pour afficher leur convergence. La junte militaire en a profité pour annoncer son intention de rendre rapidement le pouvoir aux civils.

Le Mouvement du 5 juin, rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) a tenu à remercier la population malienne dont le combat a permis la démission du président Ibrahim Boubacar Keita. Des centaines de milliers de personnes étaient sorties massivement pour venir prendre part à cette grande mobilisation.

Selon les responsables de ce mouvement de contestation contre m’ancien régime, la junte militaire à l’origine du coup d’Etat  a parachevé le combat du peuple.


LIRE AUSSI: Mali: "Je retourne à la mosquée", annonce l'influent imam Dicko qui a contribué à la chute du président Keïta


D’ailleurs, ce meeting a été organisé conjointement par le M5-RFP et le Comité national pour le salut du peuple (CNSP). Le porte-parole du Comité, le colonel-major Ismael Wagué, a souligné que les militaires comptent rétablir l’ordre constitutionnel et désigner un Président de consensus avec la classe politique et la société civile avant d’organiser des élections générales.


Pour sa part, l’influent imam Dicko qui a grandement contribué au départ du régime d’IBK a annoncé que sa mission a pris fin à partir de ce moment et qu’il restera désormais dans sa mosquée. Toutefois, il avertit qu’il n’hésitera pas à sortir de celle-ci pour rétablir l’ordre et réparer les injustices si les droits des Maliens sont à nouveau menacés.

Reste maintenant à convaincre les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) du non fondé des sanctions que celle-ci souhaite imposer au Mali après le coup d’Etat.
Le 22/08/2020 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté