Fermer

Mali: le marathon pour la levée des sanctions de la Cédéao se poursuit

Mise à jour le 25/09/2020 à 11h55 Publié le 25/09/2020 à 11h53 Par Mar Bassine

#Politique
Mali: le marathon pour la levée des sanctions de la Cédéao se poursuit

Le président Goodluck Jonathan en compagnie des militaires maliens.

© Copyright : DR

#Mali : Les émissaires des Etats ouest-africains ont eu jeudi des entretiens cruciaux avec la junte malienne et avec celui qu'elle a désigné pour conduire la transition devant ramener les civils au pouvoir, ont constaté les correspondants de l'AFP.


Ces entretiens, occasion de la première apparition publique du président de transition, Bah Ndaw, depuis sa nomination lundi, devraient être déterminants dans la décision des Etats ouest-africains de lever ou non les sanctions imposées au Mali après le coup d'Etat du 18 août.

Ils ont eu lieu la veille de la prestation de serment de M. Ndaw. Cette investiture est censée marquer le début d'une période de transition de plusieurs mois préparant des élections générales et le retour des civils à la tête du pays.


>>>LIRE AUSSI: Mali: la Cédéao traîne des pieds concernant la levée des sanctions

Le médiateur mandaté par la Communauté des Etats ouest-africains (Cédéao), l'ancien président nigérian Goodluck Jonathn, et sa délégation ont rencontré le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, et les autres nouveaux maîtres militaires de Bamako. Puis il se sont entretenus, en compagnie des représentants de la junte en tenue de combat, avec le président désigné.

La Cédéao suspend la levée de ses sanctions à ces discussions et à l'évaluation faite par M. Jonathan de l'application par la junte des exigences des Etats ouest-africains.

Un responsable ouest-africain a indiqué que les consultations étaient toujours en cours, mais que "d'ici à demain (vendredi), on y verrait clair" sur la levée ou non des sanctions.


>>>LIRE AUSSI: Mali-Cédéao: les deux scénarii possibles lors de la visite de Goodluck Jonathan ce mercredi

"Nous sommes ici pour observer l'investiture. Nous avons eu plusieurs réunions avec eux (les Maliens). Des consultations sont toujours en cours sur leur niveau de conformité avec ce que la Cédéao leur a dit de faire", a-t-il dit sous le couvert de l'anonymat.

Lors d'un sommet sur la crise malienne la semaine passée, la Cédéao avait réclamé la nomination immédiate de civils comme président et Premier ministre de transition.
Le 25/09/2020 Par Mar Bassine