Fermer
#Politique

Mali: hommages funéraires à Ibrahim Boubacar Keïta, l'ex-président du Mali

Publié le 18/01/2022 à 10h55 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Mali : L’ancien président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, alias IBK, est décédé dimanche 16 janvier 2022 à son domicile à Sébénikoro des suites d’une longue maladie. Il avait 76 ans. Ses ex-camarades de partis et compagnons ou ex-ministres témoignent sur l'homme et lui rendent hommage.


IBK n'aura as vécu assez longtemps pour voir l'organisation d'une élection présidentielle devant choisir son successeur élu par la voie des urnes. Il est parti ce dimanche 16 janvier 2022. Son décès intervient dans un contexte marqué par les sanctions de la Cédéao qui a décidé de mettre le Mali sous embargo. 

Mais ses ex-compagnons dans la politique comme dans la vie civile retiennent de lui un homme engagé, même si, à la fin, les Maliens avaient aspiré à des changements en profondeur que l'ex-chef de l'Etat n'a pas su leur assurer. C'est dans un contexte d'incessantes manifestations organisées par le mouvement pour la révolution du peuple du 5 juin 2020, le M5-MRP, que celui que les Maliens appelaient affectueusement IBK a été poussé à la démission par les jeunes colonels. 

>>> LIRE AUSSI : Mali: décès à Bamako de l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta

Ainsi, IBK a été renversé le 18 août 2020 par des militaires après une gouvernance chaotique décriée par la majorité des Maliens.

Figure emblématique de la politique malienne, depuis l’avènement de la démocratie en 1992, IBK a connu les rouages de l’appareil d’Etat. IBK milite à l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (ADEMA-PASJ) avant de créer son propre parti, le Rassemblement pour le Mali (RPM).

Cet homme d’Etat fut ambassadeur et Premier ministre pendant six ans sous le régime d’Alpha Oumar Konaré. Période pendant laquelle, il a beaucoup contribué à redresser l’école malienne. Après avoir échoué au premier tour de la présidentielle en 2002, IBK est élu député de la commune 4 de Bamako. Il accède au perchoir de l’assemblée nationale. En 2007, il est une nouvelle fois battu à la course à la présidence par Amadou Toumani Touré ATT. Une course au palais de Koulouba qu’il remportera six ans plus tard, en 2013, face à feu Soumaïla Cissé.

>>> LIRE AUSSI: Vidéo. Mali: quel type de transition pour le pays après le coup d'État?

Celui dont l’élection a été presqu’un plébiscite sera confronté à beaucoup de difficultés dans sa gestion du pouvoir. Réélu pour un second mandat en 2018, IBK fera face à une contestation populaire qui finit par l’emporter. Le 18 août 2020, il démissionne suite à cette insurrection populaire parachevée par des militaires et le mouvement du 5 juin, rassemblement des forces patriotiques. Depuis cette date, IBK c’était retranché chez lui à Sébénikoro et se battait contre la maladie. Une bataille qu’il a finalement perdue ce dimanche 16 janvier 2022 chez lui. IBK part à un moment où le bateau Mali continue à tanguer et ne chavirera certainement pas grâce à la résistance de la fibre patriotique.

Le Premier ministre Dr Choguel Kokalla Maïga est parti présenter les condoléances de la nation malienne à la famille de l'illustre disparu, ce lundi 17 janvier, à son domicile. Pour ses anciens collaborateurs, ses amis et ses camarades, la nation malienne vient de perdre un patriote sans pareil. Pour eux, IBK avait l'amour de la patrie et il a fait de son mieux pour la stabilité du Mali. Ils estiment que leur mentor est parti avec le Mali dans ses pensées.
Le 18/01/2022 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté